Loading
Tarahumaras au Mexique
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009) Au nombre de 50 000 environ, les Tarahumaras sont installés au sud-ouest de Chihuahua, dans les basses terres de la Sierra Madre occidentale. Bien que christianisés depuis le XVIème siècle, ils n'en n'ont pas moins conservé certaines croyances traditionnelles, célébrant les fêtes du calendrier catholique en même temps qu'ils honorent leurs dieux ancestraux. Ainsi, à l'occasion de la semaine sainte, ils dansent trois jours et trois nuits de suite, entre autres pour hâter l'avènement de la saison des pluies. Enfin, ils pratiquent des courses à pied pour hommes et femmes, opposant les villages et qui constituent le prétexte à des paris.

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

On les retrouve dans les villages pour vendre leur artisanat. Ils se nourrissent essentiellement de pommes de terre, haricots et tortillas de maïs. Ils vivent de la culture et élèvent du bétail. Ils sont peu expressifs. Ils n'aiment pas trop les prises de vues mais ne manifestent pas d'agressivité à ce sujet.

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009) Ils vivent par groupes familiaux sur les hauts plateaux environnants, le long de rios qui sont à sec la moitié de l’année.
A l’arrivée des grands froids, ils descendent en bas des canyons. Ils sont différents des autres groupes indiens du Mexique par leur volonté d’isolement. Peuple d'agriculteurs, les hommes se consacrent à la culture du maïs et haricots rouges, bases de leur alimentation. Les femmes s'occupent de leur foyer et enfants, et de la fabrication d'objets artisanaux. En dehors de leur temps de travail, l'essentiel de leur vie est consacrée à la contemplation. Un système de pensée qui repose sur une quête spirituelle du bonheur et l'élévation de la conscience personnelle. Répartis en plusieurs communautés autonomes, chaque village dispose de son gouverneur, élu par toute la population du village en fonction de son savoir et de son implication dans la vie quotidienne. Religion et croyances sont la base de survie de ce peuple. Leurs pratiques sont le fruit d'un mélange entre le catholicisme, amené par les Jésuites pendant la colonisation du Mexique, et de nombreux rites ancestraux. Aux rencontres dominicales à l'église s'ajoutent des cérémonies en l'honneur des astres et en particulier du soleil et de la lune.

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 



Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 



Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Photos prises lors de l'inauguration d'un bâtiment municipal à Cusáraré (juillet 2009)

 

 

Chasuble multicolore, pagne triangulaire, front ceint d'un large bandeau ("koyera"), sandales traditionnelles ("akaka"), leur silhouette caractéristique apparaît souvent - le mot doit ici être entendu au sens littéral du terme - au détour d'un virage, perchée sur un rocher, en contemplation. Ils représentent plus de la moitié des habitants de la Sierra. Ils parcourent en un jour des distances incroyables. Tarahumara est en fait la déformation hispanisante de "Raramuri", leur véritable nom, qui signifie : "Les hommes aux pieds légers". Un euphémisme si l'on pense au jeu de balle auquel ils se livrent régulièrement. Une joute rituelle dont l'enjeu est un ballon poussé du pied, qui évoque la marche du monde, et qu'ils sont capables de propulser en courant sur plus de 200 kilomètres. La Semaine Sainte est l'occasion de s'affronter au cours de joutes et de cérémonies jusqu'à ce que le Bien triomphe. Grâce à la victoire remportée par les Raramuris sur le Mal, la marche du monde peut reprendre son cours, d'après les Raramuris. C'est aussi une période de semailles du maïs, dont dépend l'autosuffisance de ce peuple qui transhume en altitude pour semer, avant de redescendre vers les vallées en hiver.

Danza de Matachines en la Sierra Tarahumara, en un festival de la radio XETAR, en Guachochi, Chih.  

Les "Rarámuris" pratiquent différentes danses et fêtes comme le "Yuman". ils demandent au père Soleil et à la mère Lune de produire de la pluie. la danse du peyotl, "cigun", "jigun", protecteur contre les dangers et certaines maladies, leur permet d'atteindre un état supérieur. Il y a aussi la danse du "Tutugún" (paroles secrètes d'où seules émergent les voyelles). Les "Rarámuris" accommpagnent certaines de ces fêtes de musique avec flûte, guitare, harpe et violon. Ils se marient avant 16 ans car ils sont considérés comme adultes à 14 ans. Lors des tesgúinadas, réunions sociales au cours desquelles ils boivent le tesgúino, ils font connaissance : en général, la femme prend l'initiative. Lors des fêtes, ils préparent aussi un plat traditionnel : le tónari (bouillon de viande de boeuf, courgettes, pommes de terre et épices).

tarahumara Artesanias Tarahumara Tarahumara House Mexico Tarahumara house Familia Raramuri Tarahumara - Cerocahui, Chihuahua - Mexico
>>> See more from this gallery




& Spanish Jesuit Churches in Mexico's Tarahumara par: Paul M. Roca
& Los Tarahumaras: Una Tribu India Del Norte De Mexico par: Wenell C.; Zingg, Robert M. Bennett
& Mexico's Copper Canyon Country: A Hiking and Backpacking Guide to Tarahumar
Book by Fayhee M John
& Amphibians & Reptiles of the Sierra Tarahumara of Chihuahua, Mexico by Juli par: Julio A Lemos Espinal;Hobart M. Smi
& Mexico: Sierra Tarahumara - Barrancas del Cobre by International Map Compan par: International Map Company
& Los Elementos De La Lengua Tarahumara par: Andres Lionnet - Universidad Nacion
& Tarahumara par: Luis Gonzalez R.
& Mexico?s Sierra Tarahumara: A Photohistory of the People of the Edge by W. par: George R. Janecek W. Dirk Raat
& Cronicas de la Sierra Tarahumara (Cien de Mexico) par: Luis Gonzalez R.
& Tarahumara Y Espanol par: Kenneth Simon Hilton



 

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.

Tourimex