Loading
La Route des Missions
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

LA ROUTE DES MISSIONS DU PADRE KINO - SONORA

C’est sans doute l’une des épopées les plus extraordinaires qui s'est déroulé durant le processus d’évangélisation en Amérique, celle qu’a entrepris le père Eusebio Kino en explorant les territoires de Sonora, Sinaloa et Arizona. Ses préoccupations en mathématiques et géographie ont été pour lui extrêmement utiles lorsque qu’il est arrivé sur ces terres inhospitalières et étrangères.

Eusebio Francisco Kino, S.J. ou Eusebio Francesco Chini
Aussi appelé Padre Kino, il était missionnaire jésuite italien. Il a également été explorateur, cartographe, géographe et astronome. Il a établi une distinction entre les indigènes, dans le nord-ouest du Mexique et le sud-ouest des États-Unis avec des méthodes d’évangélisation et en y créant 20 missions. Il était connu par sa capacité à établir des relations entre les indigènes et les institutions religieuses qu’il représentait.

Ses origines
L'épopée du Padre Kino a commencé à Segno en Italie, dans le Tyrol Italien, non loin de la ville historique de Trento, ou il est né le 10 d'août 1645 dans une pièce typique faite de pierres et de bois.
C'est déjà a cette époque la, sur sa terre natale, qu’il a commencé à se forger déjà adolescent ce tempérament fort qu'un jour il aurait pour explorer les montagnes, les fleuves et les déserts d'un pays situé dans un continent très éloigné de son village.

Ses études
Jeune homme, Eusebio Francisco devait être doté d’une intelligence exceptionnelle, puisque ses parents l'ont envoyé au collège des jésuites à Trente, où il a été initié à la connaissance des lettres et des sciences. Très jeune il est parti au collège de Hall près d'Innsbruck en Autriche, pour continuer à cultiver son intérêt pour les sciences et les mathématiques. C’est ainsi qu’à vingt ans, Kino a commencé le long chemin de la formation des membres de la Compagnie de Jésus.
A la fin de ses études théologiques, le Duc de Bavière l'a invité à développer les chaires de sciences et de mathématiques de l'Université d'Ingolstadt. En même temps, Kino avait déjà demandé à être envoyé en Chine à la fin de ses études. Le sort a voulu qu’il n’y ait que deux missions disponibles, l'une pour les Philippines et l'autre pour le Mexique. Pour décider celui qui irait en Orient on a effectué un tirage au sort et le Père Kino a tiré le nom du Mexique.

Le faux départ
En Juin 1678 il s’embarque du port de Genève en compagnie de dix-huit compagnons pour Cadiz en Espagne avec l’espoir de rattraper la flotte d'été qui partait pour le Nouveau Monde.
Une erreur de navigation à travers le brouillard et les courants rapides de Détroit de Gibraltar conduisent l'embarcation près de Ceuta. Cette erreur leur a fait perdre un temps précieux : à l'approche de la baie de Cadix 13 Juillet, La flotte impériale espagnol voguait déjà pour la Nouvelle Espagne.
Kino et ses compagnons ont du attendre deux ans pour être en mesure d'avoir un nouveau départ. Ils ont néanmoins profité de leur séjour forcé pour apprendre l’espagnol et pour faire d'autres préparatifs.
Enfin, les missionnaires Jésuites ont pu obtenir une place dans le Nazareno sur lequel ils embarquent en Juillet 1680. La flotte lève bien sur l’ancre vers le Mexique, mais cette fois le navire s'échoue sur le banc de sable du Grand Diamant, en sortant de la baie de Cadix. Le bateau fut rapidement détruit par la furie du vent et des vagues. Complètement découragé et sans bagages, Kino attend encore six autres mois à Cadix, jusqu'à ce que l'occasion lui fut donnée de traverser la barrière de l'Océan vers son destin.
vue sur la Basse Californie  (Mexique)La Basse Californie a été le premier territoire du missionnaire Kino. Aucune expédition espagnole n’avait réussi jusque-là à y avoir accès, bien que la colonisation l’ait tenté à plusieurs reprises depuis l'époque mémorable d' Hernán Cortez.
L'expédition a débarqué en 1683 à La Paz, et comme il fallait le prévoir, la péninsule a été hostile aux colons. L’embarcation a donc dû retourner en Sinaloa d'où elle était partie.

Le Padre Kino était fâché par le comportement décevant des soldats envers les indigènes et par la décision des colons de quitter La Paz, décision motivée par la crainte des natifs et de la pénurie de vivres.

 Photo de droite : vue sur la Basse Californie (Mexique)

Sa vie
Pendant l'automne de cette année (1683) l'expédition, de retour vers la péninsule, va cette fois ci jusqu'à San Bruno où les Jésuites fondèrent la première mission, à proximité de l'actuel Loreto. Petit à petit et à partir de cette station missionnaire, la petite expédition va franchir peu à peu la montagne rocheuse de la Giganta. Après 4 mois, l'exploration du Padre Kino a finalement atteint les côtes de la Mer du Sud (l'océan Pacifique).
Cette fois ils ont pu approcher les autochtones et même créer des liens d’amitié, et leurs dialectes ont été l'objet d'études. Des baptêmes ont été administrés aux enfants et aux mourants. Après un an d’effort, il sembla que soit enfin réussie la création d'une mission permanente en Basse-Californie.

vue sur la Mer de Cortez (Mexique)Mais à San Bruno le soleil évapore l'eau et séche les récoltes : le grand rêve s’est aussi asséché et l'amiral Isidro de Atondo et Antillón en 1685, soumis au vote l'abandon de cette entreprise californienne financée par la Couronne espagnole. Le Padre Kino s’y opposa, mais en vain. Des ordres de sauver tout ce qui pourrait revenir dans les bateaux furent donnés. On a embarqué et les vents tièdes ont éloigné les bateaux de ces territoires inhospitaliers.

Là, le rêve de Kino de se tourner vers les autochtones et de créer un chapelet de missions en Basse Californie est arrivé à son but. "Ce serait d’autres missionnaires qui, avec la croix dans la main, coloniseraient la péninsule, pensait-il".

Photo de gauche : vue sur la Mer de Cortez (Mexique)

Grâce à l'intérêt qu'avait le Padre Kino dans l’évangélisation de la Basse Californie, le Vice Roi Comte de Walls a ordonné en 1686 l'intégration d’un groupe qui aurait soin d'étudier et de proposer la forme la plus appropriée de garder un pied à terre permanent sur cette terre qui n’appartenait que de nom à l'Espagne.

Ce groupe a été intégré par l'amiral Isidro de Atondo et Antillón, le Padre Kino lui-même et par le procureur de la Real audience. Il a été demandé à la Compagnie de Jésus qu’elle prenne en charge ce projet en lui offrant la somme de trente mille pesos annuels. Néanmoins la Compagnie de Jésus a rejeté l'invitation à la gestion des biens temporaires quand bien même elle était d’accord pour coopérer dans le spirituel en envoyant les prêtres nécessaires.
Devant le refus de son Ordre à prendre en charge le projet d’évangéliser et de coloniser la Basse Californie, le Padre Kino père a entrepris l'excursion pour la haute Pimería, où il a initié ses travaux apostoliques.

Il ne revint jamais en Basse Californie même si une troisième fois il allait faire partie d’une expédition évangélisante sur ces terres, expédition qui allait avoir à sa tête Kino lui-même et le Père Juan Maria Salvatierra.

Au début de l'automne 1697, une révolte des indigènes dans le nord de Sonora empêchait Kino de les accompagner. Il est donc resté pour aider à la pacification. L'expédition a débarqué sur la côte californienne de la Mer de Cortez et y fonda la Mission de Notre Dame de Loreto, aujourd’hui municipalité bien connue en Basse Californie du Sud.

La Mission, fondée par le Père Juan Maria de Salvatierra, sera appelée "Tête et Mère de toutes les missions de Haute et Basse Californie", et de là allait commencer la colonisation de ces terres.



Le Padre Kino est alors devenu un missionnaire sans mission. Il a suggéré a son supérieur hiérarchique qu’il l’envoie travailler dans la tribu Seri et à Guaymas, car il voulait être près de la Basse Californie et après son accord, il a suivi ce qui serait la mission de sa vie.

La mission de la Purisima Concepción de Notre-Dame de CaborcaIl a baptise des milliers d’indigènes et a obtenu des privilèges pour eux, créé des ranchs et aidé à la culture agraire, vérifié et confirmé que la Basse Californie était une péninsule et non une ile, a appris les langues et dialectes de ses milliers de « brebis » à qui il a appris à lire et à écrire, a su apprivoiser les esprits, la terre et les chevaux, et a aussi trouvé le temps d’écrire. Dans son livre « Faveurs Célestes » il relate les aventures et les malheurs de sa vie de 1687 à 1706, 5 ans avant sa mort.
La mission de Notre-Dame-des-Dolores (1687)
La mission de Notre-Dame des Remedios (1699)
La mission de Notre-Dame du Pilar et Santiago de Cocóspera
La mission de San Ignacio de Cabórica
La mission de San Pedro et San Pablo de Tubutama
La mission de la Purisima Concepcion de Notre-Dame de Caborca
La mission de San Diego de Pitiquíto.
La mission de San Cayetano Tumacacori (Arizona USA)
Les missions de la Haute Santa Cruz. Petites missions réparties entre Sonora et Arizona
Visitas del Rio Altar
La mission de San Xavier du Bac (Arizona, USA)

Et beaucoup d’autres petites missions appelées « Visites » édifiées sur les deux côtés de la frontière Mexique-États-Unis.

 Photo de droite : La mission de la Purisima Concepción de Notre-Dame de Caborca


La légende est née le Padre Kino est mort dans la nuit du 15 Mars 1711 dans la commune de Santa Maria Magdalena, l'actuel Magdalena de Kino en Sonora et il y fut enterré.
Pendant presque 250 ans, le lieu exact de sa tombe ne sera pas connu, et pendant de nombreuses années au siècle dernier, ses restes ont été recherchés par des anthropologues et des historiens américains et mexicains.
restes du Padre Kino
Le 19 Mai 1966, ils ont été trouvés sous la place d'armes de Magdalena de Kino, grâce aux recherches ordonnées alors par le gouverneur de Sonora, Luis Oaks, et le maire de Magdalena Sonora, Gerald Nava Garcia. Il repose aujourd’hui au lieu même où il avait été enterré, dans un mausolee qui lui a été dédié.

Photo de gauche : restes du Padre Kino

En résumé
Dans la difficile épopée d’évangélisation, qui a eu un impact culturel très conséquent à travers toutes les communautés indigènes dans le monde, le père Jésuite Eusebio Francisco Kino, italien de naissance, a commencé ses voyages en Amérique du Sud en arrivant à Mexico, puis en voguant jusqu’à la Basse Californie (Carolina - La Paz) où il a pu commencer son travail de Sauveur d’âmes.

Plus tard, à partir de 1687, il accostera en Sinaloa, pour finalement rencontrer les peuples indigènes de Sonora comme les Yaquis, les Seris, puis les communautés de la Pimaria Alta, les Opatas.



Nuestra Señora de la Purísima Concepción à CaborcaAu travers de ses périples, il construira plusieurs missions, plus tard suivi dans son labeur par les pères Franciscains. L’église de Nuestra Señora de la Purísima Concepción à Caborca est l’une d’entre elles ; elle a été reconstruite aux alentours de 1803 et porte encore sur sa façade les traces de balles d’une bataille livrée il y a près de cent ans.

Le Padre Kino a donné son nom à Bahia de Kino, un village situé sur les terres de la communauté Seri de Punta Chueca, à l’ouest du Sonora, ainsi qu’à une Université (Universidad Kino) toujours régie selon les codes Jésuites.

 

 Photo de droite : Nuestra Señora de la Purísima Concepción à Caborca (Sonora)

D’entre tous les pères chrétiens venus en Sonora à cette époque, il reste dans la mémoire comme “L’homme noir à cheval”, et il a pu continuer son oeuvre parmi les communautés indigènes qui l’ont laissé en vie, alors que d’autres pères ont été martyrisés et sacrifiés.

Il est décédé en 1711, à Magdalena de Kino, qui reste encore aujourd’hui le berceau de ses restes, et continue à cultiver la mémoire de ses oeuvres.




Texte préparé par Marie Resplandy, fondatrice et directrice de l'Association Franco Mexicaine AFG AC, correspondante officielle en Sonora pour France Expatriés, et déléguée consulaire pour le Consulat Général de France au Mexique, toujours dans l'état de Sonora, où elle vit depuis près de 10 ans.
Link Asociacion Franco Mexicaine AFG AC : www.lsiaug.net/afg/ 
Consulat General de France au Mexique : www.consulfrance-mexico.org/


église du village d'Oquitoa (Sonora)

 



Photo de gauche : église du village d'Oquitoa (Sonora)

 

 

 

 

Tours en Sonora : les Seris, La Pimaria Alta, les Pétroglyphes, les Yaquis, les Mayos, La Route des Missions.



 

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.

Tourimex