Loading
Querétaro
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

L'état de Querétaro est entouré, à l'ouest de l'état de Guanajuato, au nord de San Luis Potosí, à l'est d'Hidalgo, au sud de l'état de Mexico et au sud-ouest de l'état de Michoacán.

C’est un état petit en superficie puisqu’il ne fait que 11 769 km2. L'altitude moyenne est de 1820 m, avec une température moyenne de 20°C. Frais en janvier et février, chaud en avril et mai, l'état subit une saison des pluies de juin à août qui reste très acceptable (surtout fin de journée avec des orages). L'état a une population de plus de 1 700 000 habitants et la capitale du même nom, 962 000 en 2007.

C'est sans doute la ville coloniale la plus belle et la plus naturelle de cette région centrale du Mexique; les monuments historiques ont tous fait l'objet d'une restauration soignée, les places ont retrouvé un décor adapté à leur fonction, la circulation est limitée dans le centre, ce qui procure au promeneur un bien-être qui lui permet de jouir de cette ville coloniale.

Querétaro fut fondée en 1446 par les "Indigenas" otomis, qui furent "soumis" plus tard et successivement par les tribus chichimèques, purépechas et aztèques. Puis fin 1531, la région tomba sous domination espagnole.
Querétaro doit une grande partie de son charme à deux personnages du XVIIIème siècle : l'architecte Eduardo Tresguerras, et le Marquis de la Villa del Villar del Águila, son commanditaire. Le marquis fournissait l'argent, et Tresguerras dressait les plans, puis bâtissait l'aqueduc de 74 arches. Ce même architecte mit la main à l'église San Francisco, dont la partie originelle remonte à 1545 ; il construisit entièrement celle de Santa Rosa. Les églises sont les monuments les plus remarquables de Querétaro, ce qui n'enlève rien aux splendides demeures et aux belles plazas dont l'ensemble imprime à la cité le caractère le plus noble. L'une des plus jolies places porte le nom de la grande héroïne locale, que les Mexicains n'appellent jamais autrement que La Corregidora. De son vrai nom Josefa Ortiz, elle était la femme du Corregidor (le premier officier de justice de la ville) en 1810. Ce fut elle, pratiquement, qui donna le coup d'envoi de la guerre d'indépendance.
vue sur Querétaro


Querétaro vivait une grande aventure. Les créoles (des espagnols nés au Mexique) manifestaient depuis longtemps l'impatience que leur causait leur situation de citoyens de seconde zone. Sentant l'heure propice, du fait des troubles qui agitaient l'Europe et remettaient en question la légalité même du gouvernement du vice-roi, ils se réunissaient chez la "Corregidora" pour concerter leur plan d'action. Et la dame d'expliquer à son mari que ses amis discutaient littérature. Le "Corregidor" ne voyait aucun inconvénient, au contraire, à ce que son épouse tint un "salon" pour meubler ses loisirs ; simplement, il prétextait ses propres affaires pour échapper à ce qu'il prenait pour de vains papotages. Dans le petit groupe des soi-disant amateurs de belles lettres, on trouvait un jeune officier de San Miguel nommé Ignacio Allende, et un prêtre de Dolores, le Père Michel Hidalgo.

Photo de gauche : vue sur Querétaro



Puis un beau jour, voilà le complot découvert ; la troupe sait où se concentrent les rebelles, elle se prépare à les encercler. Bien qu'elle-même soupçonnée et étroitement surveillée, Doña Josefa peut donner l'alarme aux conjurés de San Miguel et de Dolorès, et c'est ainsi que commence la guerre.

D'autres souvenirs sont moins exaltants : ceux de la sombre année 1848, par exemple, lorsque l'armée d'invasion américaine obligea le gouvernement mexicain à se replier à Querétaro. Et c'est là qu'il signa la paix, cédant aux Etats-Unis d'immenses territoires, de la Californie au Texas. On sait aussi que le dernier acte de la tragédie de Maximilien eut Querétaro pour théâtre : c'est ici que l'Empereur fut exécuté, en 1867.

Archiduc, amiral, et frère de l'empereur d'Autriche François-Joseph, Maximilien n'était sans doute qu'un pion dans un jeu qui se manigançait en Europe, mais c'était un pion de bonne volonté. Il avait accepté le trône du Mexique des mains du parti réactionnaire, des ennemis du Président libéral Benito Juárez, des alliés de Napoléon IIII. Mais il faut dire à sa décharge qu'il essaya d'échapper à cette tutelle. Arrivé au Mexique avec les meilleures intentions, il commença, à la stupéfaction de ceux qui l'avaient appelé, à faire des ouvertures du côté de Juárez. Celui-ci n'y ayant pas répondu favorablement, l'Empereur, avec le renfort de troupes françaises, fut à deux doigts de l'expulser hors du pays. Mais aux Etats-Unis, la Guerre Civile se terminait. Washington pressait la France de suspendre son intervention, et Napoléon III, qui voyait bien que Maximilien n'accepterait plus d'ordres de Paris, y consentit. Alors Juárez repartit à l'attaque avec tout le Mexique derrière lui. Le gouvernement impérial se réfugia à Querétaro, où l'Empereur, vaincu, fit sa reddition. Poussé dans ses derniers retranchements, il sera fusillé en 1867.

Sur le lieu de l'exécution, une petite chapelle a été construite par les soins du gouvernement autrichien, non loin du sommet de la Colline des Cloches. Le monument élevé à la gloire du vainqueur, le berger indien Benito Juárez, domine la colline. A celui-ci devait succéder Porfirio Díaz, le dictateur, que renversa, en 1910, la Révolution mexicaine à son début. Sept ans plus tard, les artisans de cette révolution choisirent Querétaro pour y rédiger la constitution qui est restée depuis la loi fondamentale du pays.

 

De Querétaro, on peut organiser un circuit colonial, car cette région possède une grande quantité de petites villes et villages qui suivent l'axe du plus grand filon argentifère du Mexique. Les colonies espagnoles créèrent, aux XVII et XVIIIème siècles, les villes minières de Zacatecas, Dolorès, San Miguel de Allende, Guanajuato, Aguascalientes et Pachuca.

Accès :
La capitale de l'état, située à 1850 m d'altitude est très accessible de Mexico (toutes les heures, un bus relie Mexico à Querétaro). L'autoroute 57 depuis Mexico est facile à emprunter, une fois sortie de la capitale mexicaine ! Querétaro se trouve à 220 km de Mexico, 365 km de Guadalajara et 153 km de Guanajuato.

Querétaro, Mexico Querétaro, México Querétaro Mexico Querétaro -2273 El Pen?ol de Bernal 103
>>> See more from this gallery


El grito mexicano 15/09 à Queretaro
Célébration de la Fête de l'Indépendance à Querétaro.

Tout le pays célèbre l’appel au soulèvement en faveur de l’Indépendance lancé par le Père Miguel Hidalgo en 1810. Sur la place centrale de la plupart des villes, à 23 heures, le soir du 15, on joue El Grito (reconstitution de l’appel au soulèvement). Du balcon du Palacio Nacional, le Président du Mexique ouvre les festivités commémoratives sur le "Zócalo" à México.

Querétaro : capitale

Le tourisme

Les informations pratiques

Découvrez les fêtes et les traditions

Querétaro hébergements

Sierra Gorda

 

 

 

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.

Tourimex