Loading
Parcs et Réserves
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Réserves et parcs

La mise en place d’un écotourisme a permis de réaliser de nombreuses zones protégées, de parcs naturels, de parcs marins et de réserves de la biosphère mais reste nettement insuffisant.
Les parcs nationaux sont des espaces caractérisés par la présence d'un ou de plusieurs écosystèmes importants en raison de leur beauté paysagère, de leur valeur scientifique, éducative et récréative, de la présence de flore et de faune, de leur disposition au développement touristique, ou pour d'autres raisons d'intérêt général.

parc national san pedro martir (source : inaoep)Les réserves de biosphère sont des espaces caractérisés par la présence d'un ou plusieurs écosystèmes qui n'ont jamais été altérés par l'action de l'homme ou qui nécessitent de protection et de restauration. Ils sont peuplés par des espèces représentatives de la biodiversité nationale, parmi lesquelles plusieurs espèces endémiques, menacées ou en voie de disparition.
Les parcs nationaux sont au nombre de 66, les réserves de biosphère au nombre de 41. Elles abritent des activités économiques et s’attachent à protéger des écosystèmes globaux offrant une biodiversité digne de ce nom.

Photo de gauche : parc national San Pedro Martir (source : inaoep)

Le Mexique est l’un des rares pays qui a inclus le concept de la biosphère dans sa législation environnementale. Les initiatives pour créer de nouvelles réserves proviennent de groupes académiques, des ONG ou du gouvernement lui-même par le biais de la Commission Nationale des Aires Naturelles Protégées ou CONANP. La CONANP gère 164 aires naturelles qui représentent 23 millions d'ha.

En 2010, l’UNESCO a inscrit 3 nouveaux sites sur sa liste de patrimoines de l’Humanité : Naha-Metzabok (Communauté lacandone), Los Volcanes (Les Volcans du Mexique dans différentes régions) et Maria’s Island (sur le pacifique, loin en face du Nayarit).. Le Mexique représente 1,4% de la superficie de la planète mais 10% de la biodiversité, ce qui la place au 4e rang mondial. Le gouvernement a décidé de développer le tourisme, mais pas n’importe comment : en préservant les innombrables ressources naturelles du pays.
En 2012, l'UNESCO a inscrit Tehuacán-Cuicatlán sur sa liste de patrimoines de l'Humanité.


Programme "MAB"
Le Mexique a, aujourd’hui, 41 réserves de la biosphère inclus dans le Réseau Mondial de Réserves de biosphère du Programme "L'Homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO, programme pionnier du développement durable sur une base scientifique depuis plus de 30 ans.

Ce programme de l’Unesco sur L'Homme et la biosphère (appelé MAB) a initié un certain nombre d’aires de projets couvrant différents types d’écosystèmes, de la montagne à la mer, du système rural au système urbain. Ces réserves de biosphère sont des sites reconnus par le MAB dans lesquels les communautés locales sont activement impliquées dans la gouvernance et la gestion, la recherche, l'éducation, la formation et la surveillance ; elles travaillent en même temps au développement économique et à la conservation de la biodiversité :

Marietas Islands Circuit en bateau de Puerto Vallarta.

 



Réserves de biosphère

Les trois principales sont : la réserve de Sian Ka’an sur la Côte Caraibe (rendement agricole augmenté dû à l’irrigation et à la polyculture et déforestation évitée), la réserve de El Vizcaino en Basse Californie, sanctuaire de reproduction des baleines grises et la réserve de biosphère des papillons monarques dans les états du Michoacán et de Mexico.

En octobre 2006 : Huatulco (Oax)/La Primavera (Jal)/La Encrucijada (Chi)/La Sepultura (Chi)/Los Tuxtlas (Ver)/Selva El Ocote (Chi)/ Sierra de Huautla (Mor)/Volcan Tacana (Chi)/Barranca de Metztilan (Hid)/Calakmul (Cam).
En 2007, la Sierra de Alamos - Río Cuchujaqui, et
En 2008, Isla Marietas (près de Punta Mita)
En 2009, Lagunas de Montebello
et en 2010, Naha-Metzabok
Los Volcanes (Les Volcans du Mexique dans différentes régions) et Maria’s Island (sur le pacifique, loin en face du Nayarit).

En 2012 : Tehuacán-Cuicatlán (Mexique). La réserve se trouve dans une montagne aride et un système de hautes-terres (états de Puebla et d'Oaxaca) ; elle affiche un des taux de biodiversité et d’espèces endémiques les plus élevés du Mexique. Il s’agit d’un des vieux paysages les plus emblématiques  de Mésoamérique et il abrite huit groupes ethniques différents. On y trouve des sites où a démarré la domestication du maïs, de la courge, de l’avocat et des haricots. L’écosystème le plus typique est constitué de zones densément peuplées de cactus arborescents (cactáceas columnares) et d’une forêt tropicale sèche (selva baja caducifolia). Extrait Unesco.org.


Sanctuaire de baleines d’El Vizcaino

Situé dans la partie centrale de la péninsule de la Basse-Californie, ce site contient des écosystèmes de valeur exceptionnelle. Les lagunes côtières de Ojo de Liebre et San Ignacio constituent d’excellents sites de reproduction et d’hivernage pour la baleine grise, le veau marin, le lion de mer de Californie, l’éléphant de mer du Nord et la baleine bleue. Les lagunes abritent en outre quatre espèces de tortues marines menacées d’extinction. Le sanctuaire est considéré comme une belle réussite. En 1999, la communauté du patrimoine mondial a fait campagne contre un projet d’agrandissement d’une usine de production de sel à Laguna San Ignacio, dans la baie d’El Vizcaino, dernier lagon intact où la baleine grise du Pacifique vient de se reproduire. Le Comité du patrimoine mondial a mis en garde le gouvernement mexicain contre les menaces que ferait peser sur l’écologie marine et terrestre, sur les baleines grises et sur l’intégrité du site, l’établissement d’une usine de sel à l’intérieur du sanctuaire. En mars 2000, le gouvernement mexicain a décidé de refuser l’autorisation de construire l’usine.

réserve de Sian ka'an (état du Quintana Roo, Mexique)Sian Ka’an


Dans la langue des Indiens Mayas qui peuplaient autrefois la région, Sian Ka’an signifie « là où le soleil est né». Située sur la côte est de la Péninsule du Yucatán, cette réserve de la biosphère comprend des forêts tropicales, des mangroves et des marais, ainsi qu’une vaste étendue marine traversée par une barrière de récifs. Elle abrite une flore remarquablement riche et une faune qui comprend plus de 388 espèces d’oiseaux, ainsi qu’une grande partie des vertébrés terrestres caractéristiques de la région, qui cohabitent dans la diversité des milieux formés par son système hydrologique complexe.


Photo de droite : réserve de Sian ka'an
 (état du Quintana Roo,Mexique)












Réserve de Biosphère Mariposa Monarca : située dans l’Etat du Michoacán, elle s’étend sur 56 259 ha près de la province de Mil Cumbres formé d’un ensemble de sierras et de collines. Les points les plus élevés culminent aux environs de 3600 m d’altitude. Les sols de cette réserve sont formés de très légères cendres volcaniques dont la capacité de rétention d’eau est très élevée. L’espèce conifère « Abies religiosa » détient un niveau d’humidité très élevé et est capable de résister aux basses températures ce qui constitue l’habitat préféré des papillons monarques. Ce phénomène de migration des papillons monarques a intrigué les entomologistes et les biologistes : la migration saisonnière du Canada vers le Mexique puis le retour de millions et de millions de papillons orange foncé et noir de l'espèce « monarque ».
Lorsque les nuits deviennent plus longues et les températures plus fraîches, ce fameux papillon migrateur parcourt des milliers de kilomètres qui le mènent du Canada au Mexique, où il passe l'hiver avant de repartir au printemps vers les contrées septentrionales pour y pondre des oeufs. Les municipalités d'Angangueo, Ocampo et Zitacuaro abritent les sanctuaires les plus importants. La migration est estimée à 20 millions de papillons par saison !



Parse error: syntax error, unexpected ':' in /usr/local/php5.4/share/pear/Net/Socket.php on line 196