Loading
Oaxaca : capitale
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

La ville d'Oaxaca et ses vallées méritent que l'on s'y arrête 5 à 6 jours. Combinez également la visite des marchés et des ruines.

Aujourd'hui, la ville d' Oaxaca compte parmi les lieux protégés par l'Unesco au titre du patrimoine culturel mondial depuis 1987 : .
La capitale est située à 488 km de Mexico D.F, à 363 km de Puebla. Elle est facilement reliée par de nombreux transports terrestres et aériens. La belle autoroute Mexico-Oaxaca traverse de magnifiques paysages.

Commençons par le centre historique :

église de la Compagnie à Oaxaca (Mexique) La place principale (place de la Constitution, ex-place des armes), le Zócalo, est le centre de la ville à partir duquel les rues furent tracées à angle droit. Contrairement aux autres villes coloniales, seul le palais du Gouvernement, construit au début du XIXème siècle, fait face à la place.

A l'angle de celle-ci se situe l'église de la Compagnie, érigée au XVIIème siècle. Les Jésuites ont commencé la construction de cette église en 1579. Elle a été consacrée à San Francisco Javier. Le couvent a été construit autour de quatre patios rectangulaires entourés d'arcades supportées par des colonnes doriques. Du fait du décret de la sécularisation de 1867, le bâtiment a été abandonné pendant plus de trente années, puis vendu à des intérêts privés. Le bâtiment a été déclaré monument historique le 4 mai 1933. Voir les différentes niches (un peu vieillottes) dans le retable principal de l'église. On y voit des images de la Conception Immaculée, des images des parents de la Vierge, San Joaquin et Santa Ana.

Photo de droite : église de la Compagnie à Oaxaca (Mexique)

Sur une petite place (Alameda de León) qui s'ouvre sur le Zócalo se dresse la cathédrale du XVIème siècle. Pour la petite histoire, le gouverneur de l'état, Antonio Général de León, habita devant cette petite place. Dans une conversation avec son secrétaire, Benito Juárez, l'idée est venue de la transformer en un jardin. Le projet a été réalisé en 1840 et une petite copie exacte de l'Alameda de Mexico a été construite. Le nouveau jardin a été inauguré le 13 octobre 1843 et appelé "Alameda de León" en l'honneur de son fondateur. Le marché des potiers y prend place. De l'autre côté de la place, allez visiter le Museo del los Pintores Oaxaqueños, petite galerie d'art avec des peintures allant du XVIIIème siècle au XXème siècle (ave.Independencia # 607 et Garcia Vigil, ouv.9h-18h, mar-dim, $22).

Le palais du gouvernement fut édifié au XIXème siècle, sur le côté sud du Zócalo, dans un style néoclassique puis reconstruit en 1938 en cantera verde. Deux murales d'Arturo García Bustos décorent l'intérieur du palais. Sur la fresque de l'escalier principal figure l'histoire de Oaxaca avec, au centre, les portraits de Benito Juárez et Porfirio Diaz, anciens gouverneurs de l'état et anciens présidents du Mexique, personnages clés de l'histoire du Mexique. On y voit des personnages comme José María Morelos et Ricardo Flores Magón. Prenez également l'autre escalier côté-est qui illustre la cosmogonie des cultures indigènes de la région.

La cathédrale (ouv. tlj, 10h-20h), commencé en 1535, ne fut achevée qu'au XVIIIème siècle. Plusieurs tremblements de terre l'ont endommagé comme d'autres bâtiments de la ville.
La dernière reconstruction importante a été faite entre 1702 et 1733. Elle possède une belle façade baroque flanquée de deux épais clochers. La façade présente une profusion de motifs végétaux et de bas-reliefs. A l'intérieur, admirez l'orgue imposant, une collection de peintures du XVIIIème siècle, les images et vestiges contenus dans les 14 chapelles latérales.

Le Zócalo
Le Zócalo a été pavé pendant l'époque coloniale et une fontaine du marbre a été posée en 1739. En 1857, cette fontaine a été enlevée pour faire place au premier kiosque qui fut lui-même remplacé en 1901 par un kiosque de l'art nouveau. Le Zócalo est bien décoré pour les nombreuses fêtes de rue tenues dans la ville, surtout pour le 23 décembre (la nuit du Festival du Radis), le 24 décembre (veille de Noël) et le 15 septembre (jour de l'Indépendance).

Prenez un "pot" à la terrasse d'un des nombreux bars et restaurants situés sous les arcades ("portales"). Vous aurez le plaisir de regarder et d'écouter les nombreuses animations de clowns et de musiciens, sans oublier les échoppes ambulantes de vendeurs de glace, de ballons et de nombreux cireurs de chaussures.

rue piétonne M. Alcalá à Oaxaca (Mexique) En continuant vers le nord sur l'agréable rue piétonne M. Alcalá, pavée soigneusement de cantera et bordée de belles demeures abritant des commerces, cafés, restaurants et galeries, vous rejoindrez l'église et l'ancien Couvent de Santo Domingo. Cette rue a été fermée à la circulation des véhicules en 1985.

Photo de gauche : rue piétonne M. Alcalá à Oaxaca (Mexique)

Au passage, arrêtez-vous au # 202 pour visiter le beau Musée d'art contemporain d'Oaxaca (MACO), installé dans la maison de Cortès (n'a jamais hébergé Cortès car sa construction date du XVIIIème siècle). Expositions temporaires avec sculptures, peintures et photographies sont présentes dans ce musée ouvert du mercredi au lundi, 10h30-20h, $10, gratuit le dimanche. Malgré des modifications apportées au XXème siècle, le musée garde sa disposition originale au rez de chaussée avec de belles pièces autour de trois patios intérieurs. Il expose des oeuvres d'artistes de Oaxaca, entre autres tels que Tamayo, Toledo, Nieto et Aquino.
Le dessin du bâtiment respecte les traditions imposées par la haute Société oaxacane (influence des maisons andalouses). Un des éléments architecturaux importants de la maison est la maçonnerie sculptée de la façade, surtout sur l'entrée principale.


Au # 507, l'Instituto Artes Gráficas - IAGO - (ouv. 10h-20h, mer-lun, $30), expose des gravures d'artistes mexicains et étrangers. Il est aménagé dans une demeure du XVIIème siècle qui héberge également une bibliothèque d'art (ouv. 9h-21h30, tlj). Il est situé près de l'Église de Santo Domingo Guzmán. Il a été fondé par le peintre Francisco Toledo, un autochtone de Juchitán dans l'état d'Oaxaca et inauguré le 25 novembre 1988. Il possède approximativement 500 gravures d'art graphique et plus de 25 000 livres sur tous les aspects de l'art. Ces gravures couvrent plusieurs périodes de l'histoire et ont été exposées quand l'Institut a ouvert en premier. Ces gravures proviennent de grands noms : Albert Gaultiere, Francisco Goya, Salvador Dali, Mariano Fortuny Carbo, Henry Moore et certaines par les pionniers d'art graphique mexicain tels que Manuel Manilla, Guadalupe Posada, de Francisco Goitia, et les trois grands muralistes : José Clemente Orozco, Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros.
Actuellement l'Institut a quatre pièces consacrées à un seul artiste, deux mois à des expositions et le reste des pièces à la bibliothèque. La bibliothèque contient principalement des livres sur histoire de l'art, les musées, les peintres, l'art folklorique, l'artisanat, l'architecture, et beaucoup plus. Dans le patio aménagé confortablement, vous pouvez vous y asseoir.


ex-couvent de Santo Domingo à Oaxaca (Mexique) En continuant votre parcours, vous arrivez aux édifices les plus intéressants qui sont l'église et l'ex-couvent de Santo-Domingo du XVIème siècle où a été aménagé le magnifique Musée Régional (ouv. 11h-20h, mar-dim, $51, gratuit le dimanche et les jours fériés pour les nationaux) qui conserve les trésors mixtèques de la Tombe n°7 de Monte Albán. Les quatorze autels de l'église en bois, dorés et peints, furent détruits en 1869 quand l'église fut transformée en écurie.

Photo de droite : ex-couvent de Santo Domingo à Oaxaca  (Mexique)

Derrière un jardin de cactées, rappelant la pierre verte
d'Oaxaca, s'élève un très bel ensemble architectural religieux, chef d'oeuvre du baroque mexicain. Commencé en 1575, cet édifice dominicain fut achevé vers la fin du XVIIème siècle, hormis la chapelle du Rosaire ajoutée un siècle plus tard. Le couvent servit longtemps de caserne à l'armée mexicaine, qui ne quitta définitivement les lieux qu'en 1994.

L'église est ouverte tlj de 7H à 13h et de 17h à 20h, entrée libre.

La façade de l'église représente Saint Hippolyte et Saint Dominique, le fondateur, soutenant une église sur laquelle descend le Saint-Esprit sous la forme d'une colombe.

église de Santo Domingo à Oaxaca (Mexique)
L'intérieur offre une vision éblouissante, presque vertigineuse. A l'entrée, la voûte est recouverte d'un arbre généalogique de Santo Domingo de Guzmán (fondateur de l'Ordre), de stuc doré, décoré de peintures polychromes. Au fil des entrelacs de végétaux et de fruits émergent les bustes de la famille Guzmán. Les ramifications s'achèvent par une image de la Vierge, rajoutée à la fin du XIXème siècle. La voûte de la nef principale est aussi spectaculaire avec ses trente-six tableaux représentant des passages du Vieux et du Nouveau Testament. Les artistes oaxacan ont reconstruit le retable baroque splendide, doré en 1959. L'oeil est surtout attiré par le maître-autel rococo, décoré avec une richesse toute particulière et travaillé à la feuille d'or. La chapelle del Rosario (annexée à l'église) est un bijou architectural consacré à la Vierge du même nom. On y trouve des tableaux de la Vierge et du Christ. Les "mystères" joyeux, douloureux et glorieux du Rosaire sont représentés sur les murs de l'église, et sur le plafond du choeur. église de Santo Domingo à Oaxaca (Mexique)La chapelle date de 1724.

 

 


 


  Photos de gauche et de droite : église de Santo Domingo
  à Oaxaca (Mexique)

 

 

 

 

"L'ancien couvent donne accès au Centro Cultural Santo Domingo. Restauré avec goût, le musée est de toute beauté tant pour son bâtiment, l'ancien couvent dominicain, que pour sa muséographie et les objets présentés. Le parcours est fléché et respecte un ordre chronologique et thématique au long de ses 14 salles ordonnées allant des cultures précolombiennes au Mexique moderne. Dans les deux premières salles, on y trouvera un rapide panorama des cultures millénaires (10 000 ans av.J.-C. à 200 apr.J.-C.) et le temps des floraisons (200 apr.J.-C. à 900 apr.J.-C.), à travers différents thèmes tels que la nourriture, la céramique, la conception de l'univers, les rites funéraires, le calendrier....
or en provenance de la Tombe VII à Oaxaca (Mexique) La 3ème salle renferme les trésors mixtèques de la Tombe n°VII de Monte Albán : des colliers de jade et de turquoise, de l'orfèvrerie (diadèmes et plumes en or), des os de jaguar gravés et ciselés traduisant l'importance de l'art funéraire pendant la période préhispanique.

Continuez la visite des autres salles jusqu'au bout, tout en parcourant les différentes époques à partir de 900 ans apr.J.-C. à travers la Chute des Grandes Cités, les Conquistadors, la Conquête spirituelle, les Indigènes, l'Esprit, l'Ordre, le Progrès, la Nouvelle Nation, la Modernité.....Les dernières salles ethnographiques sont consacrées à la pluralité culturelle de l'état
d'Oaxaca.

Photos : à droite, or et à gauche, jade, en provenance de la Tombe VII à Oaxaca  (Mexique)

jade, en provenance de la Tombe VII à Oaxaca (Mexique)

 

 

 

 

 

 



 


jardin ethnobotanique à Oaxaca (Mexique)

Du côté des rues Constitución et Reforma, le jardin ethnobotanique fait partie du Centro Cultural. Sur plus de 2 ha ont été rassemblées des cactées de toutes formes et de toutes tailles, des plantes fournissant les teintures naturelles utilisées dans l'artisanat régional (ouv. de 10h à 18h15).


Photo de droite : jardin ethnobotanique à Oaxaca (Mexique)

Voir dans le quartier, la maison où Juárez fut domestique, de 1818 à 1828, devenue le Museo Casa de Juárez, Garcia Vigil #609 consacré à ce grand patriote (ouv.10h-19h, mar-sam, 10h-17h, dim, $37, gratuit le dimanche pour les nationaux). De nombreux renseignements documentés sur les conditions de vie de la classe moyenne au début du XIXème siècle dans la région.
En face, se trouve l'église del Carmen Alto, où étaient stockées à l'origine les eaux de l'aqueduc. Petit marché sympathique et typique près de l'église (Mercado Sánchez Pascuas).

Egalement deux rues plus haut, les Arquitos, vestiges d'un aqueduc du XVIIIème siècle. Certaines arcades abritent l'entrée de logements modestes.

En redescendant vers le Zócalo, passez devant l'Ex-Convento de Santa Catalina transformé en hôtel de luxe "le Camino Real". Les patios intérieurs valent le coup d'oeil avec l'ancien lavoir et la chapelle. On y voit également quelques restes de fresques d'origine.

une des rues centrales d'Oaxaca En continuant vers l'ouest, prenez l'avenue Morelos pour vous rendre au Musée Tamayo. Une visite s'y impose. Il a été inauguré en 1974. On y trouve quelques 800 pièces archéologiques des différentes cultures de la Méso-Amérique, sans oublier les cultures zapotèque et mixtèque, et la collection privée du peintre Tamayo (1899-1991) qu'il fit don à l'état en 1975. Il est ouvert de 10h à 14h et de 16h à 19h, du mercredi au lundi et de 10h à 15h le dimanche, $30, av.Morelos # 503).


Photo de gauche : une des rues centrales d'Oaxaca
(Mexique)





La ville d'Oaxaca compte 27 églises. Certaines remarquables par la richesse de leur décoration peuvent être visitées, telle La Soledad, sanctuaire de la sainte patronne de la ville, Notre Dame de la Solitude, l'église San Felipe Neri, ainsi que San Juan de Dios (entre les marchés "Benito Juárez" et "20 de Noviembre"), San Francisco et San Augustin, plus modestes.

En continuant à l'ouest du Musée Tamayo, passez sur la plaza de la Danza, vaste esplanade pavée en pierre de roche, conçue pour les manifestations folkloriques et admirez la façade sculptée à la manière d'un retable baroque de la Basilique de la Soledad bâtie à la fin du XVIIème siècle. Les habitants continuent toujours à adresser des demandes de grâces à la Vierge et organisent des processions notamment pour les fêtes de fin d'année. Son musée vaut le coup d'oeil pour contempler les offrandes laissées par les fidèles. Actuellement, l'ex-couvent abrite le gouvernement municipal de la ville d'Oaxaca.
Revenir par l'avenue de l'Independencia, pour visiter l'église San Felipe Neri, église baroque du XVIIIème siècle, attrayante par ses remarquables retables dorés sculptés dans le bois à l'intérieur. Celui du maître-autel constitue un bel exemple de style churrigueresque avec ses innombrables extipites (colonnes baroques). Benito Juárez s'y est marié !

marché "20 de Noviembre" à Oaxaca (Mexique) En descendant la rue Miguel Cabrera, on débouche sur les marchés "Benito Juárez" et "20 de Noviembre" qui font toujours la joie des visiteurs. Le premier est consacré aux aliments et à l'artisanat. On peut y trouver pratiquement tout ce que l'on peut imaginer d'utilisable dans la vie quotidienne. On trouve de la nourriture, des spécialités locales, de bons légumes et des fruits exotiques. De beaux textiles et céramiques font le bonheur des visiteurs.

Le second est un immense restaurant populaire. On peut y acheter les célèbres moles et des chapulines (sauterelles grillées). A tester !

Voir également le Mercado IV Centenario, attractif par la variété de l'artisanat et la présence de nombreux stands de fruits et de fleurs. Vous pouvez déguster dans les nombreux stands de ce marché, des plats typiquement oaxacans (calle de Independencia, angle División Oriente).

 
  Photo ci-dessus : marché "20 de Noviembre" à Oaxaca  (Mexique)


tissage au marché de l'artisanat de Oaxaca  (Mexique) A deux rues au sud de ce marché "20 de Noviembre", se trouve le marché de l'artisanat - mercado de artesanías - coin J.P Garcia et Zaragoza - ouvert tous les jours de 9h à 20h.
123 boutiques vendent les produits des différentes régions de l'état, notamment en textiles et en poteries. Belles photos à prendre d'indiennes en train de tisser (photo de droite). Un peu plus cher qu'ailleurs mais de bonne qualité.

Sous le nom de ARIPO (Organismo Publico Descentralizado Artesanías e Industrias Populares del Estado de Oaxaca), ce centre propose un panorama de l'artisanat de l'état dans une belle demeure coloniale. Les objets sont de qualité et les prix aussi ! Localisé au nord du Museo Casa de Juárez, Garcia Vigil # 809, ouv. tlj 9h-20 sauf dimanche 10h-13h. Facilité d'exportation en sus !

Association de femmes artisans MARO (Mujeres Artesanías de las Regiones de Oaxaca) : 5 de mayo # 204, ouv. tlj 9h-20h. Beaucoup de choix d'artisanat local. Un peu plus cher qu'au marché mais la qualité y est.


Magasin FONART : Crespo # 114 - de belles pièces d'artisanat mais chères - ouv. tlj 10h-19h.


Casa de las Artesanías, Matamoros # 105, angle Garcia Virgil (ouv. 9h-21h, lun-sam et 10h-18h le dimanche) : association de 80 ateliers familiaux. A voir. Juste à côté au 103, apprenez à connaître tout sur le mezcal....

Les amateurs de tianguis doivent se rendre au Mercado de Abastos, immense marché situé près du Terminal de bus 2nde classe (marché uniquement le samedi). Les marchands, descendus des villages environnants, proposent à des prix de moins en moins "modiques" des couvertures, des vestes, des écharpes, des nappes, des ponchos, des sarapes, etc... Leurs femmes les suivent, vêtues du rebozo, la blouse indigène, magnifiquement brodée à la main; elles portent le reste du magasin sur leur tête. L'endroit grouille également d'enfants qui, entre deux disputes ou deux parties de billes, vous proposent des billets de loterie, des bijoux fantaisistes qu'ils ont bricolés eux-mêmes ou bien ils offriront avec insistance de faire reluire vos chaussures, qui, décidément, leur semblent bien sales ! Un "non" ferme, un geste du doigt et ils s'envolent vers un autre promeneur plus réceptif. L'orfèvrerie est la grande spécialité de Oaxaca. La plupart des bijoux vendus sont des copies excellentes des pièces mixtèques trouvées dans les tombes de Monte Albán. C'est un grand marché d'artisanat dans lequel vous trouverez l'artisanat des villages environnants d'Oaxaca. Si vous n'avez pas le temps de vous rendre dans ces villages, ce marché sera le bon choix pour vos achats.

marché "20 de Noviembre" à Oaxaca (Mexique)

Photo de gauche : marché "20 de Noviembre" à Oaxaca
(Mexique)

Comme toutes les villes coloniales, Oaxaca abrite une grande quantité d'anciennes maisons à "patios" fleuris, de petites places ombragées comme le Zócalo, au milieu duquel un kiosque à musique fait la joie du public les jours de concert.

Si vous avez le temps, jetez un coup d'oeil sur le Teatro Macedonio Alcalá (XXème siècle) d'inspiration française, qui accueille des spectacles de danse et de théâtre. Visitez la bibliothèque publique de l'état (XVIIIème siècle) et le musée de timbres (Museo de Filatelia) au Centro Cultural Santo Domingo.

La Casa de la Cultura Oaxaqueña organise chaque mois un programme culturel (expositions, danses, musique), disponible sur leur blog et édité sur une petite brochure mensuelle (située González Ortega # 403, esq. Colón).




masques au musée régional  à Oaxaca (Mexique)

 

 

 Photo de droite : masques au musée régional à Oaxaca  (Mexique)

 

 

 



Informations sur la capitale :


L'histoire de l'état de Oaxaca : (site en anglais)


Plan de la ville de Oaxaca :


Plan de l'état :

Hotels Voir les hébergements d'Oaxaca



Ciudad Oaxaca Ciudad Oaxaca Ciudad de Oaxaca Ciudad Oaxaca Ciudad de Oaxaca
>>> See more from this gallery

 

Oaxaca Mexico Grasshopper Seller, Oaxaca, Mexico Oaxaca Mexico
>>> See more from this gallery

Localiser Localiser Oaxaca et ses points d'intérêt sur notre carte interactive

 

DIA DE LOS MUERTOS (TODOS SANTOS) à Oaxaca
Fête et spiritualité
 

& Journal de Oaxaca : Mexique par: Peter Kuper
& Mexique: Mexico, Oaxaca, Veracruz, Chichén Itzá, Acapulco, Chihuahua par: Collectifs
& Mexique: Mexico, Oaxaca, Veracruz, Chichén Itzá, Acapulco, Chihuahua par: Collectifs
& Diario de Oaxaca/ Oaxaca Journal par: Oliver Sacks
& Mexique 12 - État de Oaxaca par: LONELY PLANET
Ce chapitre Etat de Oaxaca est issu du guide consacré à la destination Mexique. Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.
& Mexico 13 par: AA. VV.
Book by John Noble Luke Waterson John Hecht Ray Bartlett L
& Aymard de Foucauld (1824-1863) : De Saint-Cyr et Saumur à la campagne du M par: Emmanuel Dufour
& Mexico - 14ed - Anglais par: John Noble
& HUMANITE (L') [No 19331] du 30/10/2006 - EMPLOI / L'HECATOMBE QUE LE GOUVER par: Collectif
EMPLOI / L'HECATOMBE QUE LE GOUVERNEMENT CACHE - UNE JEUNE MARSEILLAISE ENTRE LA VIE ET LA MORT - UN AUTOBUS INCENDIES - BANLIEUES / SI LA REVOLTE PRENAIT LE CHEMIN DES URNES - ROUTE DU RHUM - MEXIQUE / OAXACA EN ETAT DE SIEGE - INTERMITTENTS / ASSEMBLEE A PARIS
& catholicisme et protestantisme dans le developpement de ixtlan oaxaca, mexi par: C. Federico Cruz Sosa Y O
in4.

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.


Tourimex