Loading
les Zapatistes
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Terre et Liberté !

Qu'est-ce que le mouvement zapatiste ?

L'armée zapatiste de libération nationale (en espagnol : Ejército Zapatista de Liberación Nacional, EZLN) est un groupe révolutionnaire basé au Chiapas, l'un des états dont les habitants sont parmi les plus pauvres du Mexique. L'EZLN affirme représenter les droits des populations indigènes dont les diverses ethnies représentent 40 % de la population du Chiapas, et est aussi un symbole de lutte antimondialiste. Le nom du groupe vient du révolutionnaire mexicain Emiliano Zapata. Ils se considèrent comme ses héritiers et les héritiers de 500 ans de résistance indigène à l'impérialisme.

Un bref historique

Le Premier JANVIER 1994, date de mise en application de l’accord du Libre Echange ALENA, l’armée zapatiste de libération nationale (EZLN) attaquait San Cristóbal, 3ème ville du Chiapas et une dizaine d’autres localités. Après quelques heures de combat, elle s’emparait de la mairie défendue par quelques policiers incapables de résister aux centaines de rebelles qui avaient préparé, dans le plus grand silence, le premier soulèvement des temps modernes au Mexique. La révolte dérangeante des Indiens du Chiapas avait un double objectif : exiger des élections sans fraude pour mettre fin à la domination absolue du PRI (parti de la révolution institutionnelle) du 1929 et protester l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canada dont ils craignaient de faire les frais.

Le nom zapatiste vient de leur modèle Emiliano Zapata, « le héros des paysans » assassiné en 1919, restant encore à ce jour le symbole de la lutte paysanne contre la misère et pour la répartition équitable de la terre.
Né en 1879 dans l'Etat de Morelos, dans une famille de paysans indiens, E.Zapata fut confronté dès son enfance à la pauvreté des paysans mexicains, engendrée par un système agraire contrôlé par les grands propriétaires. Le mouvement révolutionnaire ELZN s'inspire de son oeuvre, le Z du sigle signifiant zapatiste.



Terre et Liberté d' E.Zapata La répartition des terres est un thème qui revient souvent dans les déclarations des Indiens du Chiapas, qui dénoncent le recours des grands propriétaires à des prête-noms pour dépasser les limites autorisées.

Photo de gauche : Terre et Liberté d' E.Zapata

L’armée mexicaine a fini par rétablir l’ordre faisant 150 victimes dont la plupart côté zapatistes. Après douze jours de combat, le Président en fonction Carlos Salinas proposa une trêve et ouvrit des négociations sur deux thèmes fondamentaux : droits politiques et économiques. Ces négociations ont abouti aux accords de San Andrés signés en 1996 entre les zapatistes et les représentants gouvernementaux, accords sur les droits des cultures indigènes mais ces accords n’ont jamais été ratifiés par le PRI, seul parti au pouvoir ce qui a eu pour conséquence, la reprise de la violence en 1997 et 1998.

Le mystère sur l’identité de l’énigmatique « sous commandant Marcos » (ancien professeur d’université) qui n’a pas quitté son passe-montagne au cours de l’occupation de San Cristóbal, a contribué à alimenter les rumeurs les plus diverses. Ce « robin des bois » dit parler au nom du Comité clandestin révolutionnaire indigène, « l’organe suprême » de la guérilla. Sa véritable identité n’a été dévoilée qu’en 1995 (le seul à ne pas être indien parmi les zapatistes).

Les rebelles décidèrent de ne pas recourir à la force militaire mais d’utiliser des outils de communication comme Internet et les médias attirant l’attention internationale sur le triste sort des paysans mexicains : . Vous trouverez également des informations intéressantes sur le site en anglais :

 

Ce conflit n’est pas apparu du jour au lendemain. Il correspondait à l’aboutissement d’un processus d’organisation ample et complexe face à une situation historique injuste. En ce qui concerne les antécédents du conflit, on peut identifier certains facteurs contribuant à la naissance de l’EZLN :

le conflit se fonde sur le paradoxe d’un état riche ayant les populations les plus pauvres du pays. Dans un état générant 35% de l’énergie électrique, 34% des maisons n’ont pas d’électricité. Dans une zone riche en pétrole, en ressources naturelles et agricoles, près de 60% de la population survit avec à peine un salaire minimum. 60% des enfants en âge scolaire ne peuvent aller à l’école et le taux d’analphabétisme atteint 30%. Seuls 57% ont accès aux canalisations d’eau potable. Ces chiffres datent de 1994 mais des statistiques plus récentes indiqueraient les mêmes tendances.

Une situation de forte discrimination raciale bien que la population indigène représente quasiment 30% de la population totale et la quasi-totalité de la population de la zone dite « de conflit ».

la signature du traité ALENA

la réforme de l’article 27 de la Constitution de 1992 qui, en facilitant la commercialisation des terres, a signifié un affaiblissement du système « ejidal », structure fondamentale de l’organisation communautaire indigène.

marche du sous commandant Marcos avec ses troupes(site : www.ezlnaldf.org) L’espoir est revenu lors de l’arrivée au pouvoir du Président V. FOX (PAN). Dés sa prise de fonction, il demanda l’examen par le Sénat d’un projet de loi fondé sur les Accords de San Andrés. Les zapatistes avaient demandé trois conditions pour reprendre les négociations : le retrait des forces armées d’une partie du Chiapas, la libération des zapatistes emprisonnés et l’approbation du projet de loi par le Congrès. Ayant obtenu partiellement satisfaction, Marcos et son mouvement zapatiste entreprirent une immense marche vers la capitale, Mexico (3000 km) en février 2001. Marcos fait un discours devant les représentants du Peuple. Malheureusement la loi de promulgation apportait des modifications aux accords de San Andrés que les zapatistes ont jugé inacceptables. Ils décidèrent de rompre toute négociation et de rentrer en résistance.

Photo de droite : marche du sous commandant Marcos avec ses troupes
 (site : www.ezlnaldf.org)

Depuis septembre 2003, une stratégie moins agressive et plus pragmatique a commencé à pointer son nez. Les zapatistes le savent : « depuis 500 ans, le pouvoir refuse de les écouter, le temps joue en leur faveur ». Le Président V. Fox n’a cessé de rappeler que le problème indien était l’une de ses préoccupations mais à la fin de son mandat, le problème restait entier. Que va faire le nouveau Président nommé fin 2006 ?

Le Chiapas est un état très riche en termes de ressources naturelles, principalement au niveau du pétrole, de la biodiversité particulièrement au sein de la Selva Lacandona. Une très grande partie de l'électricité nationale y est produite fruit d'un système hydrographique le plus important du Mexique. Cependant, la population de cette région est l'une des plus pauvres du Mexique. L'autonomie voulue par l'EZLN inclut le contrôle de ces ressources par les populations locales.

En juillet 2007 a lieu la deuxième rencontre entre les peuples zapatistes et les peuples du monde (el secundo encuentro de los pueblos zapatistas con los pueblos del mundo). Durant une semaine, plus de 2000 sympathisants de tous les continents viennent assister à des conférences et tables rondes et rencontrer les zapatistes dans les communes autogérées.

Qu'est-ce que le SIPAZ ?

Le SIPAZ est un programme d’observation internationale créé en 1995 pour effectuer un suivi du conflit au Chiapas suite au soulèvement de 1994. Il encourage la recherche de solutions pacifiques et la construction d’une culture de paix, de dialogue et de tolérance entre les acteurs politiques au Chiapas, et plus récemment dans d’autres régions (Etats de Oaxaca et de Guerrero). pour consulter leur site en plusieurs langues notamment en langue française.


Vidéo sur les guerillas en Amérique Latine et le mouvement
zapatiste (commentaires en français) - Che Guevarra en milieu de vidéo
A la suite des élections du 02 Juillet 2006, le Centre des Droits Humains Fray Bartolomé de Las Casas apporte des commentaires sur le résultat des élections dont le Sipaz, dans son rapport de Juillet 2006 diffuse un large extrait en français.

 

Zapatistas zapata La tierra Zapata wall ¡ Viva Zapata !
>>> See more from this gallery

Le site du Centre des droits de l'homme, créé par Monseigneur Samuel Ruiz pour la défense des droits des indiens du Chiapas est le www.frayba.org.mx , également consultable le site du congrès national indigène : www.laneta.apc.org/cni - Tous ces sites sont en langue espagnole uniquement.

& Villa, Zapata et le Mexique en feu par: Bernard Oudin
& Emiliano Zapata par: John WOMACK
Le président Diaz élit un gouverneur. Les progrès des planteurs. Les villageois rejoignent Madero. L'armée se met en campagne. Les révolutionnaires officiels agissent. Des réfugiés gagnent une guerre. Les campagnards renient les constitutionnalistes. Les pueblos font une révolution. Les guer
& Emiliano Zapata et la révolution mexicaine par: John Womack
547 pages. Quelques planches de photos en noir et blanc. Couverture rempliée.
& Viva Zapata: Les voyages érotiques d'Alexandre Barridon par: Alexandre Barridon
Alexandre Barridon part pour un voyage de détente et se retrouve kidnappé ! Entre deux femmes l'une à la beauté intérieure troublante et l'autre harpie fascinante, Alexandre devra démêler ses affaire commerciales et de c?ur. Heureusement Arnaud vient en renfort.
& Villa, Zapata et le Mexique en feu par: Bernard Oudin
Editeur : Gallimard Date de parution : 1989 Description : In-12, 192 pages, broché, iconographie abondante, occasion, très bon état. Envois quotidiens du mardi au samedi. Les commandes sont adressées sous enveloppes bulles. Photos supplémentaires de l'ouvrage sur simple demande. Réponses aux q
& La Révolution mexicaine, 1910-1920 : une révolution interrompue, une guer par: Adolfo Gilly
De Zapata à Porto Alegre, de Che Guevara à Pancho Villa, de Santiago du Chili à Porto Alegre, lorsque la révolte ouvre la voie a l?émancipation? Une longue histoire qui enchante nos mémoires et aiguise nos réflexions.
& CHARLIE HEBDO [No 187] du 17/01/1996 - CORSE PAR RISS -CAVANNA / REPORTAGE par: Collectif
CORSE PAR RISS - CAVANNA / REPORTAGE EN PANTOUFLES - MITTERRAND / RENAUD HURLE A LA MORT / SINE PISSE A LA RAIE - TOUJOURS PAS D'INSECTICIDE CONTRE LES SECTES - MEXIQUE / A BIENTOT ZAPATA
& Le Jaguar sur les toits par: François Arango
Le c?ur de l?homme d?affaires enlevé a été restitué à sa famille. Il a été arraché de sa poitrine selon la tradition des sacrifices aztèques, il est posé sur un socle portant le dessin d?une feuille mystérieuse. Des messages arrivent qui utilisent le calendrier aztèque et les vers
& Villa, Zapata et le Mexique en feu de Bernard Oudin ( 16 mai 1989 ) par: Bernard Oudin
& Zapata, l'attila du mexique. par: DUNN H.H.


Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 11/11/2009 - 01:11 par Larabiadelpueblo  0 votes   
    La lucha es como un circulo, puede empezar en cualquier punto pero no se termina !
  • Tourimex