Loading
Monte Albán, Mitlá, Yagul
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

L'état d'Oaxaca regorge de ruines précolombiennes, de musées, de magasins typiques et, par-dessus tout, le peuple lui-même est fascinant.
A partir d'Oaxaca, on peut visiter plusieurs sites archéologiques, en particulier Monte Albán (la "montagne blanche"), Mitlá et Yagul.

Monte Albán

vue sur Monte Albán (Oaxaca, Mexique) Les vallées centrales de l'état d'Oaxaca, au climat si doux, réunissent sur un petit espace un grand nombre de sites archéologiques et de trésors coloniaux qui en font une des régions artistiques les plus riches du Mexique. En archéologie, plus de huit cents sites ont été répertoriés, parmi lesquels seule une vingtaine ont été fouillées partiellement jusqu'à présent. Monte Albán, Mitlá et Yagul figurent parmi les plus importants.

Photo de droite : vue sur Monte Albán (Oaxaca, Mexique)

Monte Albán est situé à 2 000 m d'altitude à 9 km d'Oaxaca.

Ceux qui ont bâti Monte Albán ont choisi le site pour sa position stratégique et surtout pour une signification religieuse assez universelle : plus près du ciel, plus près des dieux. Le travail fut titanesque puisqu'ils n'hésitèrent pas à raser sur plusieurs hectares le sommet d'une colline.
Les prêtres, les princes et les dieux se partagèrent la terrasse ainsi créée. Bien plus tard, lorsque Monte Albán et les autres cités mexicaines s'éteindront brusquement sans qu'il soit possible d'expliquer cette décadence, les Mixtèques reviendront sur le site abandonné par les Zapotèques et en feront leur cimetière royal, transformant ce qui avait été une cité sainte en une cité des Morts.

Histoire

vue sur Monte Albán (Oaxaca, Mexique)Les premières constructions remontent aux environs de 500 avant J.-C, et la ville connut son apogée entre 250 et 800 après J.-C, avec un regroupement de près de 50 000 habitants sur 6 km2. D'autres centres comme Mitlá et Yagul s'établissent dans la région à la même époque. A partir de 800 apr.J.-C, les grandes cités commencent à décliner, ce qui entraîne un éclatement du pouvoir central en de nombreux petits états.

Photo de droite : vue sur Monte Albán (Oaxaca, Mexique)

La ferveur des Zapotèques nous a laissé de nombreux temples, soigneusement alignés et orientés. On rencontre des pyramides tronquées, précédées de portiques à colonnes, grande innovation au Mexique, des palais reliés aux temples par un réseau compliqué de souterrains, un grand nombre de tombes et un jeu de pelote.

Le tout est rigoureusement urbanisé et implanté en fonction de la course du soleil et des points cardinaux.


Constructions

Sur le haut de la montagne, la grande place qui mesure environ 300 m sur 265, forme un ensemble au plan pré-établi qui fut aménagé pendant près de quinze siècles de travaux. Plus que les détails particuliers de ses monuments, c'est l'ensemble qui attire l'attention par la sobriété de ses lignes. Les promontoires rocheux, qui ne purent être nivelés, furent incorporés aux constructions, ce qui explique certains changements d'orientation, ainsi que la déviation de certains escaliers.
vue sur Monte Albán (Oaxaca, Mexique)
Comme dans presque tous les cas, les surfaces étaient revêtues d'une couche de stuc peint et de fresques qui ont disparu. Les élèments décoratifs des façades et les lignes horizontales qui caractérisent les constructions seront mieux appréciés au coucher du soleil.

Photo de gauche : vue sur Monte Albán (Oaxaca, Mexique)

Le Jeu de Balle est le premier monument que l'on visite. La piste, en forme de H, est bordée d'une terrasse puis d'un talus qui a perdu ses gradins, d'où les spectateurs assistaient au jeu rituel. Cette piste, de type ancien, ne comporte pas encore les anneaux caractéristiques (tlachtli) qui n'apparaîtront qu'à l'époque toltèque. Sur le sommet des talus existaient des temples dont il ne reste aujourd'hui que les bases.

Les constructions qui suivent (édifices G, H et I) se composent de larges escaliers typiques de l'architecture zapotèque. La première des 3 pyramides possède un escalier intérieur qui, de la base, débouche au sommet. Un passage souterrain communiquait avec les constructions du centre de la place. La dernière plate-forme supportait une maison formée d'une cour centrale entourée de chambres.

Dans l'ensemble situé au centre de la cour, une petite construction de forme irrégulière (édifice J), orientée vers le sud-ouest et percée d'un passage intérieur, paraît avoir été un observatoire astronomique. Une vingtaine de dalles incrustées montrent des inscriptions composées de trois signes, l'un représentant une colline dans le style zapotèque (ville), l'autre un glyphe qui change chaque fois et le troisième une tête renversée. L'ensemble représente probablement les noms des villes conquises. Contrairement aux autres vestiges du site orientés selon les quatre points cardinaux, cette structure en forme de flèche suit une direction différente, à 35° vers le sud-ouest.

Voici une petite visite d'un des lieux touristiques les plus importants de l'Etat d'Oaxaca et du Mexique lui-même. Des milliers de touristes mexicains et étrangers visitent Oaxaca et en particulier Monte Albán chaque année.
C'est le centre religieux le plus important de la culture Zapotèque. Situé à 9 km de la ville
d'Oaxaca, il a été construit par les habitants des villages de la vallée d'Oaxaca. Ensuite, il fut occupé par les Mixtèques jusqu'à l'arrivée des Espagnols. Il est situé sur un immense et impressionant plateau où sont répartis des temples, des cours, des pyramides et environ 170 tombes.
Profitez bien de la visite !

La plate-forme du sud n'a pas été restaurée, seul l'escalier a été reconstruit qui mène aux ruines d'un temple.
A la base de la plate-forme, furent érigées des stèles (originaux dans le musée) racontant probablement des conquêtes.

Le côté ouest de la place est bordé de trois constructions séparées dont l'édifice L. La première forme la base d'un temple dont il ne reste que la trace des quatre colonnes de la façade et le grand escalier avec paliers.
fresque de danseurs Celle du centre est appelée temple des Danseurs. Le monument intérieur, recouvert plus tard par une autre construction, fait partie des plus anciens de Monte Albán. Il était formé d'une plate-forme aux côtés tapissés de dalles gravées. Les personnages qui y sont représentés sont appelés "danseurs", sans doute en raison de leurs attitudes contorsionnées. En réalité, il s'agit plus vraisemblablement des victimes humaines d'un rite cruel de mutilation, ou bien de représentations symboliques de villes conquises qui, dans un language ésotérique, auraient perdu leur virilité. D'autres dalles du même genre furent réutilisées postérieurement comme éléments de construction. Les glyphes qui accompagnent les personnages n'ont pas été traduits, mais ils démontrent l'existence d'une écriture au moins cinq siècles avant notre ère. La plate-forme actuelle soutenait deux petits temples latéraux et une maison.
La dernière construction du côté ouest n'a encore été que partiellement explorée.

Photo de gauche : fresque de danseurs

L'ensemble nord est formé d'une vaste plate-forme à escalier central
. Les nombreuses tombes retrouvées à la base contenaient des représentations de personnages et l'ensemble de glyphes le plus important. Au sommet, un grand vestibule soutenu par des colonnes permettait l'accès à une cour enfoncée, au milieu de laquelle une stèle gravée de hiéroglyphes se dressait sur sa base. Deux constructions plus récentes avaient été édifiées de chaque côté de la cour. Derrière, d'autres ensembles de constructions, qui conservent des restes de colonnes et de peintures murales, viennent à peine d'être explorés. On vient de mettre à jour une sous-structure, appelée " l'Edifice embijouté ", qui doit son nom à ses décorations en forme de disques, rappelant le style de Teotihuacán. Au point culminant du site, se dresse, au nord-est du Patio Hundido (patio enfoncé), l'edificio del Vértice Geodésico (sommet géodésique).

Les tombes

De tous temps, Monte Albán fut aussi une nécropole. Les nombreuses tombes qui y furent trouvées, de tailles variables et de mobilier plus ou moins riche, en témoignent. Même après l'abandon de la ville, d'importants personnages y furent enterrés. Parmi les plus intéressantes, la 104 présente une façade décorée avec une niche centrale qui conserve encore une urne représentant le dieu du maïs, Pitao Cozobi. L'ancienne porte, formée par une dalle de pierre couverte de glyphes, se trouve maintenant dans l'antichambre. L'intérieur est couvert de peintures murales très bien conservées.
La Tombe 172
, de la période tardive (Monte Albán IV), conserve encore son squelette et tout son mobilier tel qu'il a été trouvé. Parmi les quelques 150 tombes mixtèques dénombrées sur le site, la Tombe n.°7, la plus connue, fut réutilisée par les Mixtèques après l'abandon de la ville. A côté du mort et de ses accompagnateurs, ils déposèrent une grande quantité de bijoux et d'ornements en or incrustés de jade, d'obsidienne, d'onyx ou de cristal de roche, qui sont maintenant exposés au Musée régional d'Oaxaca. La tombe la plus belle est certainement la 105, qui a admirablement conservé ses peintures représentant l'ensemble rituel et religieux le plus important.
Beaucoup de tombes furent pillées et de nombreuses autres restent à découvrir. Seules quelques constructions de la place centrale sont restaurées, mais la visite laisse une émouvante impression de majesté et de splendeur.


jeu de balle côté sud-ouestOuvert tlj 8h-18h, $57 - Même billet commun pour le musée du site qui réunit les originaux de stèles dont vous voyez les copies sur le site. Ne manquez pas la belle urne de la Dame à la coiffe de jaguar.
La boutique et la librairie sont bien achalandées et le restaurant offre une excellente vue sur la vallée.

Photo de droite : jeu de balle côté sud-ouest

Comment y aller ? La meilleure solution et à un prix modique est le transport par bus organisé pour Monte Albán qui part toutes les 30 mn entre 8h30 et 15h30 de l'hôtel Rivera del Angel à Oaxaca pour un tarif de $25, 516 53 27 / 514 31 61, 514 31 52 - retour entre 12h et 17h.
8 km à partir du centre historique d'Oaxaca.

Trois heures de visite, site plus musée sont un minimum.


Vous devriez visiter Monte Albán au crépuscule, quand les pierres acquièrent un ton rougeâtre et que les nuages accélèrent leur allure sur les montagnes ! C'est assez beau.

Ce site ainsi que le centre historique de la capitale de l'état sont inscrits au Patrimoine culturel mondial de l'Unesco depuis 1987 :.

Plan du site archéologique :

Informations sur la capitale et sa région :


Parse error: syntax error, unexpected ':' in /usr/local/php5.4/share/pear/Net/Socket.php on line 196