Loading
Papillons monarques
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 


L’état du Michoacán est réputé pour ses papillons monarques venues du Grand Nord d’octobre à mars de chaque année pour se protéger de l’hiver et pondre, et également pour son artisanat.

Juillet 2008 : La réserve de biosphère des papillons monarques est un nouveau site naturel mexicain inscrit au Patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. Voir détail sur le site http://whc.unesco.org/fr/list/1290.


Située dans l’Etat du Michoacán à 115 km de Morelia, la réserve de biosphère Mariposa Monarca s’étend sur 56 259 ha près de la province de "Mil Cumbres" formé d’un ensemble de sierras et de collines. Les points les plus élevés culminent aux environs de 3600 m d’altitude. Les sols de cette réserve sont formés de très légères cendres volcaniques dont la capacité de rétention d’eau est très élevée. Dans la partie la plus basse, à 1500 m d'altitude, commencent à surgir certaines espèces de conifères qui, à mesure que l'on monte en altitude, apparaissent en groupes de plus en plus denses; à partir de 2400 m apparaissent des oyamels (Abies sp), des cèdres (Cedrella odorata) et des cyprès (Cupressus sp); plus haut, à 2900 m, les cèdres disparaissent pour laisser place à des massifs mixtes de chênes verts (Quercus sp), d'oyamels et de pins (Pinus sp), et, sur les hauteurs de plus de 3600 m, les oyamels deviennent la végétation dominante, accompagnée uniquement d'arbustes, de champignons et de plantes épiphytes.

 Photo ci-dessus : papillon monarque

L’espèce conifère « Abies religiosa » détient un niveau d’humidité très élevé et est capable de résister aux basses températures ce qui constitue l’habitat préféré des papillons monarques. Ce phénomène de migration des papillons monarques a intrigué les entomologistes et les biologistes : la migration saisonnière du Canada vers le Mexique puis le retour de millions et de millions de papillons orange foncé et noir de l'espèce « monarque ».
Lorsque les nuits deviennent plus longues et les températures plus fraîches, ce fameux papillon migrateur parcourt des milliers de kilomètres qui le mènent du Canada au Mexique, où il passe l'hiver avant de repartir au printemps vers les contrées septentrionales pour y pondre des oeufs. Les municipalités de Angangueo, Ocampo and Zitacuaro abritent les sanctuaires les plus importants. La migration est estimée à 20 millions de papillons par saison !

C'est autour des Grands Lacs, dans les régions agricoles du sud-est canadien et du nord-est des Etats-Unis, que naissent les papillons monarques dans les champs de maïs et de soja, où pousse -presque comme une mauvaise herbe- une herbe vivace que les agriculteurs appellent asclépiade; il s'agit d'une plante aux feuilles lancéolées, aux fleurs jaunes en grappes et aux pédoncules rougeâtres reliés à une tige remplie de latex, une substance toxique que les papillons emmagasinent et qui leur procure une protection contre les prédateurs.
Appartenant au genre Asclepias, cette plante revêt également le nom d'herbe à ouate et s'utilise depuis des milliers d'années dans les campagnes comme poison contre les rongeurs et en herboristerie comme antiseptique et contre la constipation. Elle est également connue pour soulager les douleurs rhumatismales et dentaires ou provoquer des vomissements. Sur les 108 espèces d'asclépiade étudiées en Amérique du Nord, les Monarques ne déposent leurs oeufs que sur 27 variétés capables de leur apporter les défenses et l'énergie dont elles ont besoin pour effectuer leur migration annuelle.



Parse error: syntax error, unexpected ':' in /usr/local/php5.4/share/pear/Net/Socket.php on line 196