Loading
Guanajuato
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Au nord de l’état de Guanajuato se trouvent les états d'Aguascalientes et de San Luis Potosí, à l’est celui de Querétaro, au sud-est l’état de Mexico, au sud celui de Michoacán et á l’ouest, Jalisco.

Un peu de géographie

C’est un état relativement petit en superficie puisqu’il ne fait que 30 589 km2 pour une population de plus de 4 900 000 habitants (2007). En proportion à son territoire, il se trouve en 22ème position au niveau national. Il y a quatre grands groupes de population, à savoir, León, Irapuato, Salamanca et Celaya ; Outre cela plusieurs villes plus petites mais importantes comme celles de Guanajuato, qui est la capitale de l’état, Dolorès Hidalgo, San Miguel de Allende, San Luis de la Paz et Silao. L'altitude moyenne est de 2 000 m, avec une température qui oscille entre 18 et 20°C de moyenne également. La ville elle-même de Guanajuato a une population de 157 000 habitants en 2007.

Cinq régions géographiques caractérisent l'état : La Sierra Gorda, La Sierra Central, El Bajío, Los Altos y Los Valles Abajeños.

callejoneadas (Guanajuato, Mexique)On enregistre trois types de climat à l’intérieur de l’état: tempéré, semi-sec, semi-chaud.

Climat : Tempéré semi-humide, pluvieux en été. L’irrégularité du relief détermine que la température est variable oscillant de 18º C en altitude et de 22º dans les plaines. Dans le nord la région est aride avec seulement 50 mm de pluie à l’année, vents dominants à l’ouest en hiver, au sud-est et sud-ouest au printemps et à l’est, nord-est durant l’été et l’automne.

Photo de gauche : groupe de "callejoneadas" (Guanajuato, Mexique)

Flore : Dans les hautes plaines, pâturages ; en montagne, forêts de pins et de chênes verts ; sur les collines centrales, garrigue, cactus et agaves. Dans le Bajío et les vallées, les champs de cultures ont remplacé la flore autochtone bien qu’il y ait des restes de mesquites ; dans la région lacustre : chênes, ahuehuetes (cyprès de Tule) et plantes fourragères.

Faune : Dans la Sierra Gorda : tlacuacuache, renard, cerfs, amardillo, et chat sauvage ; sur les collines : serpent à sonnette, corallilo, lapin, coyote ; dans les vallées : canard, pigeon, colombe et raton laveur.

Cultures : Purépecha dans les vallées Abajeños et dans le sud du Bajío ; Guachicil dans Los Altos ; Pame dans le nord de la Sierra Centrale, la Sierra Gorda et le nord du Bajío ; Chichiméca dans le sud du Bajío ; Zacateco dans le nord de Los Altos et Guamare dans la Sierra de Comanja et el Bajío.

Groupes Indigènes :
Chichiméca dans la Sierra Gorda et Otomi dans la Sierra Gorda et Los Altos.


Accès :
La région nord-est de l´état de Guanajuato est la plus riche en paysages de montagne. Par le nord-est, on arrive par l´autoroute 57 de San Luis Potosí via Dolorès Hidalgo ou par le sud en provenance de Mexico via Querétaro. Guanajuato est à 402 km de Mexico (4h de route et $300 de péage) et 302 km de Guadalajara.

Un peu d'histoire

"Guanajuato" signifie en langue "purépecha", Quanaxhuato (la colline des grenouilles). Les collines au-dessus de la ville en forme de ces batraciens, d'où la signification du nom, surplombent la ville qui se logit au fond d'une gorge !

Les origines de la population de Guanajuato proviennent du XVIème siècle, quand les conquérants espagnols ont abordé la région vers 1520. Néanmoins, l'invasion a vraiment commencé entre 1540 et 1560 quand la région où maintenant est établi Guanajuato, a été donné par le vice-roi Antonio de Mendoza à Rodrigo Vázquez pour l'élevage de troupeaux, comme grâce pour les services rendus pendant la conquête.
Il est possible qu'entre 1548 et 1555, on est découvert par hasard, les abondants gisements d'argent, surtout dans les mines à San Bernabé et Rayas, ce qui a contribué à la création de la ville de Guanajuato. A partir de cette époque, l'établissement et les allées et venues des chercheurs du minerai sont devenus très fréquents.

En 1557 l'image de la Vierge Marie est arrivée à Guanajuato, comme donation faite par le Roi au peuple, et à partir de ce moment-là elle a été vénérée comme Notre Dame de Guanajuato.

Le 26 octobre 1679, le vice-roi Fray Payo Enríquez Afán de Ribera, a élevé de catégorie Guanajuato. Du nom de village, il est devenu Ville. En 1741 le roi Felipe V lui a donné le titre de très noble et loyale ville de Sainte Foi et Royal de Mines de Guanajuato.
La ville a prospéré énormément pendant le XVIIIème siècle grâce à l'abondance minière C'est arrivé à tel point que quelques personnages dédiés à l'exploitation de mines sont devenus des nobles, par exemple le Marquis de San Clemente ou le Marquis de Rayas, le Comte de la Valenciana, parmi tant d'autres.

Cathédrale et plaza de la PazPhoto de gauche : Cathédrale de Guanajuato

En 1767 les prêtres jésuites ont été expulsés, mais ils ont laissé leur empreinte dans la ville surtout pour l'éducation. Pendant cette époque de splendeur ont été construits la plupart des bâtiments actuellement dans la ville.
En 1786, et en suivant les ordonnances royales, le territoire de la Nouvelle Espagne a été divisé, au point de vue administrative, en douze intendances dont l'une d'elles, Guanajuato. Grâce à cette ordonnance, elle ne dépendait plus de la province de Michoacán.
Le premier intendant a été Don Andrés Amat de Tortosa, qui a été après, substitué par Pedro José Soriano et celui-ci par l'intendant Don Juan Antonio de Riaño y Bárcena, qui est devenu le plus important et le bien-aimé de tous.
Il a été un très grand bienfaiteur pour la ville, comme l'a écrit l'historien guanajuatense Lucas Alamán. A son époque, on a construit de magnifiques immeubles non seulement dans la ville mais dans toute la région.

La femme de Riaño, Victoria de Saint Maxent a promu et poussé d'une manière très importante, les jeunes guanajuatenses aux études et à l'éducation.
L'intendant Riaño a promu la construction de l'immeuble de la Alhóndiga de Granaditas pour garantir l'approvisionnement des grains et semences pour la population. C'est à cette ville que s'attaquèrent les guérilleros du Père Hidalgo. A cinquante mille, armés de houes et de pioches, ils obligèrent la garnison espagnole à se retrancher dans l'Alhóndiga de Granaditas, le grenier à grain. Les soldats du roi s'y croyaient à l'abri comme dans une forteresse imprenable; c'était sans compter sur Juan José Martinez, petit garçon d'une dizaine d'années qui allait entrer dans l'histoire sous le surnom "d'El Pipila". Une torche à la main, le jeune héros réussit à s'approcher de la bâtisse et à mettre le feu à la porte cochère de bois avant de tomber, percé de balles. Les combattants de la liberté s'engouffrèrent dans le passage et tuèrent les défenseurs jusqu'au dernier. Ils avaient gagné une bataille, mais non la guerre. Quelques mois plus tard, les royalistes reprenaient Guanajuato. A Chihuahua, ils exécutaient Hidalgo et Allende et venaient planter leurs têtes aux deux angles de l'Alhóndiga. Le bâtiment, qui servit longtemps de prison, abrite aujourd'hui un musée de la guerre d'Indépendance, mais aussi une collection des plus belles productions artisanales de l'Etat.

vue au premier plan sur le Temple San Diego et sur le deuxième plan sur la Cathédrale en jaune, l'Université en blanc et le Templo de la Compañía de Jesús, à droite.En 1826, on a voté et approuvé la première Constitution qui transformait Guanajuato en un État libre et souverain de la république mexicaine. Le premier gouverneur Carlos Montes de Oca a été le plus important promoteur de l'éducation dans cet état et à lui, on lui doit la réouverture du Colegio de la Santísima Trinidad fondé par les jésuites et l'ancien Colegio de la Purísima Concepción qui a été administré par les prêtres felipenses, la nouvelle dénomination a été celle de Colegio del Estado.

Photo de droite : vue au premier plan sur le Temple San Diego et au deuxième plan sur la Cathédrale en jaune, l'Université en blanc et le Templo de la Compañía de Jesús, à droite (Guanajuato, Mexique)


De remarquables personnages de l'histoire nationale du XIXème siècle ont gouverné l'état, comme les libéraux Manuel Plié et Florencio Antillón. Le 17 janvier 1858 le président Juárez a établi temporairement les pouvoirs de la République dans cette ville du fait de l'opposition du groupe politique conservateur.
Pendant l'époque de l'intervention française l'empereur imposé "Maximiliano de Habsurgo", visita la ville pendant le mois de septembre 1864. Lors de cette visite, il a été décidé que la Halle au blé serait transformée en prison l'Alhóndiga de Granaditas.


En 1867, après avoir perdu le pouvoir, l'empire de Maximilien s'initia à la restauration de la vie républicaine. On nomma Florencio Antillón comme gouverneur. Celui-ci est resté au pouvoir jusqu'au mois de janvier 1877 quand il a perdu la bataille contre ceux qui suivaient le général Porfirio Díaz.
Antillón a commencé en 1872 la construction du majestueux Teatro Juárez. Pendant la période historique connue comme le porfiriato qui va de 1877 à 1911, on a commencé la construction de très importants édifices comme le Palais Législatif, le Marché Hidalgo, le monument à La Paix, le monument à Hidalgo à la Presa de la Olla, l'inauguration du Teatro Juárez, et l'introduction du train.
vue panoramique prise du monument Pípila (Guanajuato, Mexique)
Le dernier gouverneur porfiriste à Guanajuato, Joaquín Obregón González, a poussé les constructions du tunnel du Cuajín et la presa de la Esperanza, toutes les deux dirigées par le très réputé ingénieur Ponciano Aguilar.
Au XXème siècle, pendant la révolution, la ville a souffert des effets de la très sévère crise économique et sociale, qui a affectée en juillet 1914 les troupes du général Alberto Carrera Torres. En février 1916 le président Venustiano Carranza visita la ville et négocia l'achat de grains pour contenir la terrible famine qu'il y avait à cette époque.
En 1946 le Colegio del Estado a été transformé et est devenu l'Université de Guanajuato. Pendant les années 50, la presque totalité de la ville a été reconstruite dont la rue Belauzarán "montée" sur le lit de la rivière.


Photo de gauche : vue panoramique prise du monument Pípila (Guanajuato, Mexique)




Guanajuato. Guanajuato Guanajuato Guanajuato Guanajuato
>>> See more from this gallery


Plan de la ville :

Plan de l'état de Guanajuato :

L'histoire de l'état et de sa capitale : (anglais)

Détail des chapitres :

Guanajuato : capitale

Le tourisme (y compris San Miguel de Allende)

Les informations pratiques

Découvrez les fêtes et les traditions

Guanajuato hébergements

San Miguel de Allende hébergements

Depuis Juillet 2008 : La ville de San Miguel de Allende et la paroisse d'Atotonilco dans les environs de San Miguel sont inscrits au Patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco.

Extrait du site de l'Unesco : "La Ville protégée de San Miguel et le sanctuaire de Jésus de Nazareth d’Atotonilco (Mexique). La ville fortifiée, établie au XVIème siècle pour protéger la route intérieure royale, a atteint son apogée au XVIIIème siècle quand de nombreux édifices religieux et civils ont été construits dans le style baroque mexicain. Certains de ces bâtiments sont des chefs-d’œuvre de ce style qui a évolué durant la transition du baroque au néoclassique. Situé à 14 km de la ville, le sanctuaire jésuite, datant également du XVIIIème siècle, est un des plus beaux exemples de l’art et de l’architecture baroques en Nouvelle Espagne. Il est constitué d’une grande église et de plusieurs chapelles plus petites, toutes décorées avec des peintures à l’huile de Rodriguez Juárez et des peintures murales de Miguel Antonio Martínez de Pocasangre. De par sa position, San Miguel de Allende a fait office de creuset où se mêlaient les influences culturelles espagnoles, créoles et amérindiennes. Le sanctuaire, lui, constitue un exemple exceptionnel d’échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine. Son architecture et sa décoration intérieure sont des témoins de l’influence de la doctrine de Saint Ignace de Loyola".


 

 

Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.

Tourimex