Loading
Guanajuato : capitale
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Comptez deux jours minimum dans cette ville et principalement sur les fins de semaine pour profiter des mariachis, callejoneadas, orchestres, etc... plus une journée pour les environs.

Aujourd'hui, Guanajuato compte parmi les lieux protégés par l'Unesco au titre du patrimoine culturel mondial depuis 1988. Cliquez sur whc.unesco.org pour le lien avec le site de l'Unesco.


Funiculaire Guanajuato (courte vidéo)

Avant de commencer la visite, il est recommandé de faire un tour en voiture sur la route panoramique (la panorámica) qui longe la ville au sud. De la route, certains points de vue sont exceptionnels, et particulièrement au monument Pípila d'où l'on peut apercevoir la ville entière, ses couleurs, ses hôtels particuliers et les clochers imposants de ses églises, tandis qu'au Nord elle s'étend vers la mine Valenciana. Le monument, quant à lui, est dédié à la mémoire de ce jeune citoyen qui perdit la vie pendant la guerre d'Indépendance, au moment de l'assaut de la forteresse espagnole. Depuis plusieurs années, ce monument sur les hauteurs est accessible par funiculaire - départ sur la gauche du Théâtre (opérationnel 8h-22h, lun-ven, 9h-22h sam, 10h-21h dim, $22). Très belle vue à ne pas manquer surtout par beau temps et en fin de journée, lorsque le soleil couchant embrase les maisons aux façades colorées et les monuments historiques.

 

vue panoramique prise du monument Pípila (Guanajuato, Mexique) Si l'on regarde plus attentivement, de cette hauteur, le Teatro Juárez, situé sur le Zócalo triangulaire, on peut découvrir quelque chose qui est invisible d'en bas : la façade splendide du théâtre n'est en fait qu'un faux fronton qui camoufle un bâtiment plutôt médiocre. Il est coiffé de 8 grandes statues de bronze représentant la mythologie grecque. Il mélange savamment les styles néoclassique, colonial et mauresque. Belle salle de théâtre à l'intérieur de style mozarabe très marqué, inspiré de l'Alhambra de Grenade. Le foyer est d'un goût d'art nouveau et de style néoclassique mélangé. Il est ouvert du mardi au dimanche de 9h à 13h45 et de 17h à 19h45 pour un tarif de $20 la visite.

Photo de droite : vue panoramique prise du monument Pípila  (Guanajuato, Mexique)




De nombreux spectacles de rues ont lieu sur les marches du théatre Juárez et c'est le point de départ des très fameuses callejoneadas (voir explications en bas du chapitre).

Guanajuato est sans doute la ville la plus attirante de la voie de l'Indépendance. En dépit d'efforts concentrés, les maîtres d'oeuvre de l'époque ne réussirent pas à garder à la ville un plan en damier. La totalité du site de la ville est accidentée et à certains endroits les rues se transforment en ruelles étroites. La ville, avec ses ruelles et ses chemins de traverse, suit la ligne de pente de la rivière. Comme au hasard, on débouche sur des petites places isolées, oasis de paix dans cette ville affairée qui ne manque pas non plus de touristes. La ville est caractérisée par des chaussées de pavés ronds, un grand nombre de bâtiments coloniaux (certains de style mauresque), des maisons raffinées, des églises baroques et des monuments d'architecture néoclassique.
une des rues souterraines près du Templo San Diego (Guanajuato, Mexique)
Guanajuato est remplie des parfums des fleurs innombrables qui déploient leur beauté dans des chariots réformés des mines d'argent. Des puits de mines qui s'y rattachaient ont été transformés en voies piétonnes ou en rues. Une promenade en voiture ou en bus dans ces calles subterráneas fait partie des grands moments de la visite de la ville.

Photo de gauche : une des rues souterraines près du Templo San Diego (Guanajuato, Mexique)

Ville culturelle par excellence, elle organise de nombreuses festivals dont celui appelé Festival International Cervantino, l'équivalent d'Avignon, qui attire les artistes du monde entier (1900 artistes et 21 pays représentés en 2009).

Le Jardin de L'Union peut être le point de départ de la visite de la ville à pied.

Le Jardin, bordé de lauriers roses d'Inde, offre un lieu de détente et de tranquillité au promeneur, encore que le soir, elle s'anime avec les rendez-vous que se donnent les étudiants. C'est ici que se rassemblent les mariachis. Le jeudi et le dimanche à partir de 19 heures, l'orchestre municipal exécute rituellement des morceaux du répertoire mexicain. De nombreuses terrasses de restaurants entourent le jardin, lieu privilégié pour flâner et écouter la musique traditionnelle. Vous ne serez pas déçus. Beaucoup d'animation en début de soirée et en fins de semaine notamment.



Templo San Diego (Guanajuato, Mexique) Le jardin est bordé par le Templo San Diego (ouv.tlj 8h-19h), église espagnole dont seule la façade churrigueresque sophistiquée du XVIIème siècle attire l'attention. La construction commença en 1663 et dura plus de 100 ans.

Empruntez ensuite la Calle Sopeña pour découvrir le surprenant Museo Iconográfico del Quijote (ouv.10h-18h30, mar-dim, entrée libre). Exclusivement consacré à Don Quichotte, héros de Cervantès, il présente environ 600 pièces de collection et en complément des peintures, des gravures, des sculptures et des céramiques classiques ou contemporaines, esthétiques ou drolatiques, d'artistes connus - Raphaël, Dali, Pedro Coronel.....

Photo de droite : Templo San Diego (Guanajuato, Mexique)

De retour vers le Jardin de l'Union, continuez vers l'ouest pendant une centaine de mètres sur l'avenue Juárez. Vous tomberez sur la Basilique de Nuestra Señora de Guanajuato (ouv.tlj 7h-20h), toute en jaune, construite au XVIIème siècle, de style baroque, majestueuse dans sa sobriété; elle abrite une statue en bois de la Sainte Vierge, cadeau personnel de Philippe II en 1557. Contemplez les peintures du XVIIIème siècle dans la sacristie. Les ornements intérieurs, peintures, balcons, lustres et statues, en font l'une des plus belles églises de la région.


Cathédrale et Plaza de la Paz (Guanajuato, Mexique)
A l'ouest de la basilique, la plaza de la Paz est un autre carrefour stratégique de la ville, animé par de belles terrasses de café. Remontez toujours l'avenue Juárez en direction du Palais législatif. A côté de cet édifice néoclassique en pierre verte, se tient le Palacio de Justicia ou Cour Suprême, élevé par l'architecte Eduardo Tresguerras pour le plus riche propriétaire de mines de Guanajuato, le comte de Rul y Valenciana.

Photo de gauche : Cathédrale et Plaza de la Paz (Guanajuato, Mexique)

Continuez toujours sur l'avenue Juárez, prenez à droite la direction de la Plazuela de San Fernando, faîtes le tour de cette place, véritable havre de paix, bordée de terrasses et de maisons coloniales et continuez sur la Plazuela de San Roque, où se dresse l'église de San Roque, puis revenez sur l'avenue pour prendre de l'autre côté la jolie Plazuela de Los Angeles. C'est sur la place de San Roque qu'a lieu chaque année en octobre le Festival International Cervantino depuis près de 60 ans, avec de nombreux spectacles dans les différents théâtres. Ce festival occupe une place d'honneur dans le domaine de la culture et de l'art.

callejón del beso (Guanajuato, Mexique) A deux pas de là, vous pourrez vous faire immortaliser sur papier photo par une horde de photographes dans le Callejón del Beso (ruelle du "Baiser") appelée ainsi, suite à une légende du XIXème siècle de deux jeunes amants qui vivaient l'un en face de l'autre. Comme leurs parents ne voulaient pas entendre parler de cette union, ils se retrouvaient sur leurs balcons respectifs et si proches qu'ils pouvaient s'embrasser de balcon à balcon tant la rue est étroite. C'est une des grandes attractions de la ville même si paradoxalement, elle ne présente aucun intérêt, même si l'on est romantique !

Photo de droite : callejón del beso (Guanajuato, Mexique)

Puisque vous êtes toujours près de l'avenue Juárez, allez jeter un coup d'oeil au Marché Hidalgo, vaste bâtiment du début du XXème siècle, inspiré d'une gare française, témoignage du Porfiriato. Au premier étage, beaucoup de stands d'artisanat, où cuir et céramique sont à l'honneur et au rez de chaussée, des stands d'alimentation sont nombreux.

Le lendemain, vous pouvez faire les musées, l'université et l'église churrigueresque de la Compagnie de Jésus qui est de toute beauté, ainsi que les mines d'argent et l'Eglise de la Valenciana.

Quelques pas de promenade encore et on arrive à l'Université de Guanajuato, située sur une longue terrasse escarpée, qui ne fut construite qu'en 1955. C'est un mélange de style néoclassique et colonial qui s'efforce de donner à ce bâtiment de sept étages une apparence qui puisse d'harmoniser avec le reste de l'architecture de la ville. A sa droite, on aperçoit l'Iglesia de la Compañia de Jesús (ouv. tlj 8h-14h et 16h-20h) du XVIIIème siècle (1745-1765). Elle se distingue par une très belle façade de style churrigueresque coiffée d'une élégante coupole néoclassique. Dans la sacristie, la Pinacoteca (ouv.10h-16h, lun-sam), transformée en salle muséographique, présente une belle collection de peintures et d'ornements des XVII, XVIII et XIXème siècles, restaurée récemment.

Cathédrale, Université et Templo de la Compañía de Jesús (Guanajuato, Mexique) En suivant maintenant la rue Positos dans le sens contraire, on trouvera sur la droite, le Museo del Pueblo de Guanajuato, au numéro 7 et au numéro 47, la maison natale du grand peintre muraliste Diego Rivera, transformée en Museo Casa Diego Rivera. Dans le premier musée mentionné (ouv.10h-19h, mar-sam et dimanche jusqu'à 15h, $15), on retrouve des collections d'art des XVIII et XIXème siècles et des expositions temporaires, et dans le deuxième (ouv.10h-19h, mar-sam et dimanche jusqu'à 15h, $15), une reconstitution d'époque de la maison familiale de Rivera et beaucoup de ses oeuvres. On rappelle que Diego Rivera fut l'époux de Frida Kahlo.


Photo de gauche : Cathédrale, Université et Templo de la Compañía de Jesús
(Guanajuato, Mexique)




Toujours en continuant vers l'ouest, prenez la Calle 28 de septiembre, puis entrez dans le Museo Regional de la Alhóndiga de Granaditas (ex-grenier à blé et ex-prison) par la Calle Mendizabal # 6. C'est un beau musée orné de peintures murales ayant trait à l'histoire locale, avec des salles d'histoire, d'archéologie et d'ethnologie (ouv.10h-14h & 16h-18h, mar-sam et 10h-12h le dimanche, $49). Lors de la guerre d'indépendance, ce beau bâtiment servit de retranchement aux royalistes contre les insurgés dirigés par Miguel Hidalgo et Juan José Martinez alias El Pípila, qui réussit à faire tomber ce retranchement en mettant le feu à la porte d'entrée.

D'importantes collections racontant l'évolution de la société mexicaine de l'époque préhispanique à nos jours sont disponibles dans ce beau musée.


A côté du cimetière, dans la Calzada del Panteón, à l'extrémité ouest de la ville, se trouve le Museo de las Momias, (ouv. tlj, 9h-18h, visite guidée intéressante) moderne mais très macabre, où plus d'une centaine de momies bien conservées attendent les visiteurs. En dépit de l'atmosphère plutôt horrible, les amateurs de curiosité sont toujours nombreux dans les salles. Prenez le bus "Momias" ou "Panteón" sur l'avenue Juárez, le musée se situant à la sortie ouest de la ville.

Guanajuato Guanajuato Guanajuato Guanajuato Guanajuato
>>> See more from this gallery

LocaliserLocaliser Guanajuato et ses points d'intérêt sur notre carte interactive

Hotels Voir les hébergements de Guanajuato


vue panoramique prise du monument Pípila (Guanajuato, Mexique)

Plan de la ville :

Plan de l'état de Guanajuato :

L'histoire de l'état et de sa capitale : (anglais)

 

Photo de gauche : vue panoramique prise du monument Pípila (Guanajuato, Mexique)


 


 

& Mexico 13 par: AA. VV.
Book by John Noble Luke Waterson John Hecht Ray Bartlett L
& Mexico - 14ed - Anglais par: John Noble
& Guanajuato Mexico par: Editor
& Migración y comunidad/ Migration and community: Migración temporal y disc par: Claudia Reyes Trigos
& "Coding Theory, Cryptography and Related Areas": "Proceedings Of An Interna par: Johannes Buchmann
Coding Theory, Cryptography and Related Areas The contributions in this book are at the cutting edge of cryptography - a field of ever-increasing importance for business applications such as financial transactions via the internet. Full description
& [(Image and Video Technology : 6th Pacific-Rim Symposium, PSIVT 2013, Guana par: Reinhard Klette
This book constitutes the thoroughly refereed post-conference proceedings of the 6th Pacific Rim Symposium on Image and Video Technology, PSIVT 2013, held in Guanajuato, Mexico in October/November 2013. The total of 43 revised papers was carefully reviewed and selected from 90 submissions. The paper
& [(Image and Video Technology -- PSIVT 2013 Workshops : GCCV 2013, GPI 2013, par: Fay Huang
This book constitutes the thoroughly refereed post-conference proceedings of the four workshops on Photographic Aesthetics and Non-Photorealistic Rendering (PAESNPR13), Geometric Properties from Incomplete Data (GPID), Quality Assessment and Control by Image and Video Analysis (QACIVA) and Geometric
& Guanajuato, Mexico: Your Expat, Study Abroad, and Vacation Survival Manual par: Doug Bower;Cindi Bower
& [(Evolutionary Multi-Criterion Optimization : Third International Conferenc par: Carlos A. Coello Coello
& [(Coding Theory, Cryptography and Related Areas : Proceedings of an Interna par: Johannes Buchmann
A series of research papers on various aspects of coding theory, cryptography, and other areas, including new and unpublished results on the subjects. The book will be useful to students, researchers, professionals, and tutors interested in this area of research.



Aucune contribution ni aucun commentaire n'a été effectué sur cette page.

 

Tourimex