Loading
Géographie du Mexique
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Nom officiel : Etats Unis Mexicains

C'est une fédération de 32 ETATS dont un District Fédéral : la capitale Mexico

vue sur la capitale du Mexique C’est un immense pays entre deux océans : Océan Pacifique à l’ouest, Océan Atlantique à l’est d’une superficie
de 1 967 180 km2. Il se situe entre le 14ème et le 32ème parallèle de latitude Nord ce qui le soumet aux influences climatiques des deux grandes ceintures de l’hémisphère boréal : celle, désertique, du Nord et de l’autre, tropicale du Sud. Il est traversé en son milieu par le Tropique du cancer. Il fait partie du continent Nord-Américain.

Photo de gauche : vue sur la capitale du Mexique


C’est le cinquième pays du continent américain par sa superficie et le second en kilomètres de côtes (9300 km).

Le Mexique a des frontières avec les U.S.A, le Guatemala et le Belize sur un total de 4 301 km répartis comme suit : Avec les U.S.A, la frontière s’étend sur 3152 km depuis le Monumento 258 au nord-est de Tijuana jusqu’à l’embouchure du Rio Bravo dans le Golfe du Mexique.

Les Etats limitrophes au Nord du pays sont : Basse Californie, Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nuevo León et Tamaulipas. La ligne frontière avec le Guatemala s’étend sur 956 km et avec le Belize sur 193 km, exclus les 85 266 km de limite maritime dans la baie de Chetumal.

Les Etats frontaliers du sud et sud-est du pays sont : Chiapas, Tabasco, Campeche et Quintana Roo. La distance entre la ville du Nord-est, Tijuana et Cancun (Quintana Roo) est de 3500 km.

Sa superficie est équivalente à 4 fois celle de la France et près d’un quart de la surface des Etats-Unis.

Ce n’est pas seulement une frontière entre deux pays, c’est aussi un trait d’union entre l'Amérique du Sud en développement et l'Amérique du Nord vivant dans l'opulence.

C’est un pays de hautes terres à relief irrégulier dont la moitié se situe à plus de 1 500 mètres d’altitude.

C’est le pays le plus diversifié d’Amérique du Nord, riche de transitions et de contrastes. C’est au Mexique que se trouve la région la plus aride du continent : le désert de Altar, dans le Sonora, qui reçoit moins de 100 mm de précipitations annuellement, et la région la plus pluvieuse : au nord de la ligne équatoriale dans le bassin de Grijalva à Usumacinte qui reçoit, elle, plus de 5 m de précipitations par an.

C’est un pays au cœur d’une sorte de puzzle complexe engendré par l’affrontement entre la plaque nord-américaine et la plaque des Cocos, qui rend le pays sujet aux mouvements sismiques, celui de septembre 1985 à Mexico est un bel exemple tragique par le nombre de décès et de destructions d’habitations.

Physionomie du pays

Le Mexique est souvent comparé à une corne d’abondance tournée vers les USA. Il se divise en 6 régions :

La Basse-Californie, sierras et déserts : longue langue de terre sur l’océan Pacifique
Paysages de montagnes, déserts de pierres, végétation saharienne, et au hasard d’un recoin plusieurs forêts de pins.
Le peuplement est assez rare : les tribus indiennes se localisent principalement dans le Sud de cette région (Yaquis, Mayos, Séris, Tarahumaras). Le climat change, passant du semi-désertique en altitude, au subtropical au bord de mer. Beaucoup de criques sauvages. Peuplement : Indiens Huichols et Coras. Trois grandes villes : Mexicali, Hermosillo, Culiacán.

volcan de las virgenes L’Altiplano : semi désertique et savanes arides
La région du Nord, située au dessus de 1800 m est un plateau partagé entre espaces de pâturages et zones désertiques et arides. Il s’étend entre les villes de Chihuahua, Durango et Zacatecas. Il n’est que peu peuplé. Il est riche en minerais.

Photo de gauche : "volcan de las virgenes"


Versant oriental et plaines côtières du Golfe du Mexique
C’est une région à grand contraste due à la proximité de la Sierra Madre orientale qui culmine entre 3000 et 3500 m et qui alimente en eaux les terres fertiles qui s’étendent jusqu’au bord de l’Océan Atlantique. C’est la côte du Golfe du Mexique qui reçoit le plus de précipitations où l’agriculture et l’élevage sont très florissants et le peuplement, le plus dense. Espagnols et Indigènes s’y mêlèrent durant les siècles de conquêtes et de colonisation. De la région de Huasteca au Tabasco, les plaines tropicales ravitaillent les villes en bananes, oranges, guanabana, ananas, café, cacao, vanille ou cannelle et bien d’autres produits tropicaux ; l’élevage est intensif : vaches, zébus, porcs, chevaux, volailles.


Popocatépetl par trés beau temps (exceptionnel) Le plateau de l’Anahuac et la sierra volcanique
C'est une frontière géographique entre l’Amérique du nord et l’Amérique centrale née d’un phénomène géologique.
Il commence juste au dessus de la ville de Guadalajara pour s’arrêter sur les contreforts de la Sierra d'Oaxaca. C’est un plateau peuplé qui présente de nombreux lacs et ressources aquifères. De nombreuses rivières ou fleuves le traversent dans sa largeur (Balsas, Lerma, Tula). Sur ce plateau d’une altitude moyenne de 2000 m se situent les principaux centres urbains et industriels du Mexique : Guadalajara, Mexico, Morelia, León, Toluca, Puebla.
Au Sud, une importante barrière de volcans ferme le plateau (Popocatépetl « montagne qui fume » 5452 m, Iztaccihuatl « la femme endormie » 5286 m, Malinche 4460 m, Pico de Orizaba « montagne- étoile » en náhuatl 5611 m, Nevado de Toluca « chauve souris sacrée », 4680 m). Le Pico de Orizaba est le troisième plus haut sommet d'Amérique du Nord.


Photo de droite : Popocatépetl par très beau temps (exceptionnel)

Ascension du "Pico de Orizaba" racontée par un "routard" québécois.

Popocatepetl volcano, Mexico Colima Volcano from México Popocatépetl Volcano, Mexico. El Popo Malitzin volcano, Mexico
>>> See more from this gallery

la malinche (source : conanp)

Dépression du Sud –Côte Pacifique
C’est le nœud mixtèque. Les deux Sierras Madre (orientale et occidentale) se rejoignent au Sud et disparaissent pour former l’Isthme de Tehuantepec, étroit de 160 km (altitude de 30m). Ce cordon montagneux est prolongé vers le Guatemala par les hautes terres du Chiapas. C’est une région pauvre au relief très mouvementé et dont la végétation est formée de forêts tropicales. On y cultive du café. Une importante population indienne y vit.

Photo de gauche : la malinche (source : conanp)



La plateforme du Yucatán
C’est un plateau calcaire homogène avec peu d’altitude qui possède la particularité de contenir un nombre impressionnant de « cénotes », puits naturels profonds qui retiennent l’eau douce et qui communiquent entre eux par un réseau souterrain. Le Yucatán, terre maya, a certainement été boisé avant l’arrivée des Espagnols. Aujourd’hui il ne porte plus qu’un léger manteau d’arbustes impénétrables. Au Sud-est, pousse l’arbre à chicle. Le Yucatán est plus aride mais en proie à des cyclones de la zone des Caraïbes. C’est aussi au Yucatán que s’est développée l’industrie florissante du sisal. Mais la concurrence des fibres artificielles oriente désormais cette province vers le tourisme.

Cette diversité de relief permet la pratique de sports extrêmes tels que l’escalade et l’alpinisme.

el sombrero... Don·Goyo Tulum Mexican Piers Rural fragment
>>> See more from this gallery


 

agua azul au Chiapas Hydrographie

Peu de cours d'eau par rapport à la superficie du pays. Après le Rio Bravo (Rio Grande coté USA), les deux principaux fleuves sont le Balsas (840 km) et l’Usumacinta . Le premier descend de la Cordillère volcanique vers le Pacifique. Le second prend sa source dans les hautes terres guatémaltèques et traverse l’Isthme de Tehuantepec pour déboucher dans le Golfe du Mexique. Le parcours accidenté de ces deux fleuves ne permet pas de navigation fluviale. Le plus grand lac est le Chapala près de Guadalajara.

Photo de gauche : agua azul au Chiapas

Les ressources

Le Mexique possède de nombreuses richesses géologiques naturelles : pétrole, argent, fer, plomb, cuivre, zinc, uranium, gaz naturel, diamant, ambre, quartz, onyx, opale, jade, or, etc.

L'activité sismique

Situé à l’intersection de trois plaques tectoniques, le Mexique est réputé pour être une des zones sismiques les plus actives du Monde. On se rappellera le séisme de Mexico en 1985 (8,1 sur l’échelle de Richter) qui a fait plus de 4000 victimes. L’activité volcanique est également importante. Certains volcans montrent des signes d’une activité encore existante. Le plus jeune volcan du Mexique, le Paricutin (2800m), dans le Michoacán, n’est apparu qu’en 1943 dans un champ. Pour obtenir des informations quant à la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter le site www.ssn.unam.mx (servicio sismologico nacional).

L’environnement

bidonville de Nezahualcoyotl Il est menacé et se trouve être la conséquence d’une croissance démographique et industrielle non maitrisées.
La pollution urbaine tout d’abord, est la cause de l’asphyxie de la capitale Mexico, due au rejet de gaz de 3 millions de véhicules et des sites industriels. Sa position géographique en cuvette emprisonne son air pollué lequel menace la santé des habitants. Certaines mesures comme la réduction de la circulation des véhicules sont prises mais très insuffisantes. La ville de Mexico consomme deux tiers de l’électricité nationale. La croissance incontrôlée des zones urbaines concerne également certaines villes proches de la frontière avec les USA : à peine la moitié de la population possède l’eau courante et le tout-à-l’égout. Les efforts du gouvernement sont à noter mais insuffisants par rapport à l’ampleur du problème écologique : urbanisation sauvage, dégradation des sols entraînant la désertification, industrialisation peu soucieuse de l’environnement, décharges sauvages, pénurie d’eau potable, émissions de gaz toxiques sont également des sujets préoccupants.

Certains projets d’infrastructures sur la Péninsule du Yucatán menacent les écosystèmes déjà fragiles (constructions sur la « Riviera Maya »).
Environ 3 millions d'habitants habitent dans le bidonville de Nezahualcoyotl de Mexico.

Photo de droite : bidonville de Nezahualcoyotl

Diversité climatique

Les 5000 km de long séparant le Nord du Sud et les importantes différences d’altitude nuancent le climat, plutôt clément toute l’année.
L’année est rythmée par deux saisons : une sèche, de novembre à avril, l’autre humide de mai à octobre mais suivant la région, la pluviométrie peut varier.

En fonction de l’altitude et de la latitude, on distingue au Mexique trois niveaux climatiques naturels: le Sud tropical humide et les Côtes (chaud toute l’année 25-28° en moyenne avec des pointes plus chaudes l’Eté), le Nord (Basse Californie, désert du Sonora, et Etat du Coahuila) : climat chaud et aride, Eté caniculaire et le centre volcanique, plutôt tempéré mais en proie à de fortes variations thermiques. La ville de Mexico, pourtant située à près de 2300 m d’altitude, bénéficie d’un climat agréable avec une moyenne de 15° C ; à titre d’information, le mois de mai (mois le plus chaud) est marqué par des températures se situant entre 12 et 26° C, alors qu’au mois de janvier (mois le plus froid), on trouve des températures se situant entre 6 et 19° C.

Au Mexique, le passage des saisons n’est pas aussi marqué que dans les autres régions du monde. En hiver, la température baisse presque partout, mais il ne neige que dans certaines régions montagneuses (Nord-ouest).
On peut donc visiter le Mexique en toute saison, les climats étant relativement différents d’une région à l’autre mais si on peut donner une recommandation ; on préconise la saison sèche (novembre à avril) : peu de pluie et très agréable ensoleillée. N’oubliez pas une petite laine pour le soir puisque 50% du territoire mexicain a une altitude supérieure à 1500 m.

Si vous n’avez pas le choix quant à la période, la saison des pluies (mai à octobre) ne sera pas une contrainte puisque les pluies se produisent en général en fin de journée et sont de courte durée mais n'ignorez pas l'existence des cyclones à cette période, notamment sur les côtes.

Vous pouvez consulter la rubrique climat (clima) du site : ou avant de partir ou au cours de voyage.

La côte caraïbe est sujette aux cyclones d'août à octobre. Vous pouvez suivre l'évolution des prévisions cycloniques et des tempêtes tropicales sur le site américain : www.nhc.noaa.gov.

Population

Année 2012 : le Mexique compte environ 114,975,000 (estimation juillet 2012), ce qui fait de lui le 11ème pays le plus peuplé de la planète et le 3ème d'Amérique Latine. La communauté mexicaine aux USA est estimée quant à elle à plus de 12 millions dont 6 millions en situation irrégulière.

Entre 1900 et 2010, la population a été multipliée par 7,9 alors que la population mondiale ne l’a été que par 3,7 pour la même période. Le taux de croissance de la population, qui était encore de l’ordre de 4% par an dans les années 1980 est désormais de l’ordre de 1,086% pour le Mexique (estimat. chiffres 2012). On compte un peu plus de 20 millions de foyers au Mexique, soit une moyenne de 5 personnes par foyer. 10% d’entre eux sont constitués de 8 personnes ou plus et 30%, au moins de 6 personnes. Cette population est jeune : 45% des habitants ont moins de 20 ans et les moins de 30 ans représentent 55,9% de la population.

La population mexicaine est de plus en plus urbaine : les 123 plus grandes villes du pays (celles de plus de 50 000 habitants) regroupent 68% de la population totale. Le District Fédéral (entité administrative correspondant à la ville de Mexico) compte à lui seul 8,8 millions d’habitants. L’ensemble de la zone métropolitaine étendue (soit les 16 délégations du District Fédéral et les 27 municipalités adjacentes appartenant à l’Etat de Mexico) compte près de 23 millions d’habitants soit plus de 20% de la population totale du Mexique. Mexico constitue la deuxième plus grande ville au niveau mondial derrière Tokyo-Okohama. Elle croît de 1000 personnes par jour.

On trouve à l’inverse des régions très peu peuplées, comme la Basse Californie du Sud, avec à peine 450 000 habitants pour une superficie de 73 475 km2. Ainsi, si la densité moyenne de la population est d’environ 56 habitants/km2, elle approche les 5 900 habitants/km2 dans la ville de Mexico alors qu’elle est à peine de 6 habitants/km2 en Basse Californie du Sud.

Août 2009 : 19 millions de Mexicains ont un salaire mensuel inférieur à mille pesos.
Le niveau de pauvreté de la population mexicaine a augmenté durant les deux premières années de gouvernement du président Felipe Calderón et 6 millions de personnes en plus se retrouvent vivant dans une situation précaire selon le rapport de la Coneval (Conseil National d’Evaluation de la Politique de Développement Social). Il y apparaît que le nombre de Mexicains ne pouvant subvenir à leurs besoins tels que l’alimentation, la santé, les vêtements, l’habitat, les transports et l’éducation est passé de 44.7 millions en 2006 à 50.5 millions en 2008 malgré une continuité des programmes sociaux mis en place par le gouvernement de Vicente Fox. La Coneval met en garde que le chiffre de pauvreté va en augmentant et cela étant du à la situation économique nationale et internationale, chose que le gouvernement se doit de prendre en compte afin de mettre en marche des mesures adéquates (Extrait du "lepetitjournal.com").

Quelques chiffres-clés

une rue de Tlaquepaque près de Guadalajara

Taux d’alphabétisation : 93%
Espérance de vie : H 73,8 F 79,6 ans (est. 2012)
Taux de naissance : 18,87 / 1000 (est. 2012)
Taux de mortalité : 4,9 / 1000

- Taux de mortalité infantile : 16,77 / 1000 (est. 2012)

Fortes baisses depuis 30 ans de la mortalité, de la fécondité et du taux de croissance.

Photo de droite : une rue de Tlaquepaque près de Guadalajara


Observatoire marin

Sept 2009. Le Mexique vient de se doter de son premier observatoire marin à la Paz (Basse Californie du sud). Cet observatoire marin, qui portera le nom de l'océanographe français, le commandant Jacques-Yves Cousteau, permettra notamment de faire des recherches scientifiques sur l'impact environnemental de l'homme et du changement climatique sur les côtes mexicaines.
Dans cette partie du monde, la flore et la faune foisonnent : marsouins, dauphins, baleines, requins, lions de mer, oiseaux migrateurs...
Mais il y a aussi un autre foisonnement sur la péninsule californienne du Mexique : les stations touristiques de standing, très prisées des Américains. Et ces milliers de touristes peuvent nuire à la biodiversité.
"La péninsule a un potentiel de développement énorme, donc il faut dès maintenant mettre en place un système de surveillance" a expliqué un scientifique français de l'Institut de recherche pour le développement, Renaud Fichez.

Créer des programmes de protection environnementale :

Selon la directrice de l'Institut polytechnique national du Mexique, Patricia Munoz, le Mexique manque encore de politiques de protection environnementale à long terme : "Il n'y a pas de continuité entre les programmes, ce qui peut nuire sérieusement à l'activité de la pêche et au développement côtier". En effet, la pêche intensive constitue l'une des plus grandes menaces pour la région.

Cet observatoire franco-mexicain est le résultat des efforts de coopération entre les deux pays dans le domaine du développement durable, et s'inscrit dans la lignée des déclarations communes des présidents mexicain et français concernant la lutte contre le réchauffement climatique. Sa mise en place avait été annoncée lors de la visite du président N.Sarkozy au Mexique au mois de mars 2009.

Une deuxième base a été ouverte le 19 novembre 2009 à Merida, sur la péninsule du Yucatán (sud-est), au bord de l'Atlantique. Un de ses objectifs sera d'établir un état des lieux de l'environnement, de la faune et de la flore de cette zone. Il aura également pour mission d'étudier la diminution de la barrière de corail et les mangroves. Il permettra en outre de suivre le changement climatique dans la région et, grâce à des recherches préalablement réalisées par des instances d'enseignement supérieur, de découvrir le climat qui existait dans la région il y a deux mille ans et les transformations subies depuis lors.


Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 07/04/2014 - 13:04 par MESDOUR ABDOU  -1 votes   
    BONJOUR LE PEUPLE DE MEXIQUE JE SUIS UN MAROCAIS MILITAIRE NAVY RETRAITE JAI DEJA VISITE LE MEXIQUE A LANNEE 1994 ET PAR MIRACLE JAI VISI A LINTERNET ET EN TE CAS JE PASSE MES CHALEREUX BONJOUR A TOUS ET JE SOUHAITE DAVOIR UNE CORRESPONDENT CONTINUE ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE SUR CETTE E.MAIL MESDOURABDOU@YAHOO.COM DUNE PART DAUTRE PART JE SOUHAITS LA BONNE SANTE ET BONNE MARCHE ET MERCI ET REPONSE FAVOURABLE ET A BIENTOT.
  • Message déposé le 24/03/2012 - 11:03 par citlaly  0 votes   
    Iztaccihuatl veut dire femme qui dort, femme endormie (la mujer dormida) et non femme blanche. merci
  • Message déposé le 09/09/2010 - 20:09 par antoine  0 votes   
    bien expliqué, intéressant !
  • Tourimex