Loading
Folklore au Mexique
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

Fiestas et Ferias au Mexique


De tout temps, les Mexicains ont porté un grand intérêt aux fêtes commémoratives. Bien avant Colomb, elles se succédaient quasi sans trêve. Au programme : processions, chants et danses. A notre époque, fêtes laïques et religieuses, festivités purement locales, sont autant d'occasions pour cet événement particulier au Mexique : la fiesta. Qu'elles soient pour la plupart d'origine religieuse ne signifie pas que la dévotion y tienne la place principale. Plus nombreuses au Mexique que partout ailleurs en Amérique Latine, il y en a toujours au moins une quelque part et n'importe quand.

ballet Amalia Hernandez à Mexico Chaque région a développé son histoire et ses coutumes en fonction des influences naturelles et culturelles Les mexicains ont un sens développé de l’art ancestral. Les arts traditionnels et l’artisanat tel que la poterie, l’orfèvrerie, le travail du bois et des masques sont issus de l’héritage précolombien.

Photo de gauche : ballet Amalia Hernandez à Mexico

L'organisation de la fête annuelle du Patron de la ville incombe aux confréries religieuses appelées mayordomas, dont la création remonte au début de l'ère coloniale. C'est un grand honneur d'en être membre car préparer une fiesta occupe toute une partie de la vie de la communauté ; cette activité requiert la collaboration de tous. La fiesta dure habituellement un ou deux jours mais si le renom du saint est grand, elle peut s'étendre sur une semaine, voire même davantage et comporter d'autres réjouissances : courses de taureaux, combats de coqs, expositions commerciales et agricoles. Elle prendra des allures différentes en fonction des régions ; dans le Michoacán, elle résonnera au son du zapateo (claquement de pieds) du baile de los Viejitos (danses des petits vieux) ; dans le Yucatán, elle est au rythme des vaquerias (danse des vachères). Cette fiesta prolongée prend alors le nom de feria, ou foire.

La Guadalupe

Portrait de Notre Dame de Guadalupe à San Miguel de Allende Sur le plan national, la plus importante de ces fiestas annuelles est celle organisée en l'honneur de Notre-Dame de Guadelupe, protectrice du Mexique. Célébrée dans tout le pays, la cérémonie la plus grandiose se déroule à la Basilique de Guadelupe, au nord de la ville de Mexico, le 12 décembre, jour anniversaire d'une des apparitions de la Vierge à Juan Diego. Selon la légende, ces apparitions miraculeuses se produisirent à l'emplacement même où se dressait le temple païen de Tonantzin, détruit sur l'ordre du premier évêque de Mexico.
La fête de Guadelupe est une fête nationale. Les cérémonies attirent des milliers de fidèles au sanctuaire. Ils arrivent la veille, beaucoup parcourent à genoux la longue avenue qui mène à la basilique. Certains sont venus à pied de leurs lointains villages. Malgré la nature religieuse de ce jour, malgré la vue déprimante de ces pèlerins luttant, genoux en sang, pour atteindre le sanctuaire, une atmosphère de carnaval règne autour de l'église. Dans leurs costumes rutilants, les Concheros forment des cercles de danses qui se poursuivront presque toute la nuit et le lendemain.

Photo de droite : portrait de Notre Dame de Guadalupe à San Miguel de Allende

Nombreux sont les pèlerins qui campent sur l'esplanade autour de la Basilique. Le matin venu, ils assistent à la messe puis prennent part aux divertissements. S'ils veulent manifester une reconnaissance particulière à la Vierge, ils accrochent à l'une des statues un milagro, ex-voto d'argent représentant les yeux, le cœur, les jambes, ou toute autre partie du corps guérie par la sainte intercession. A la tombée de la nuit, la plupart retournent chez eux, tandis que les marchands ambulants proposent leurs dernières victuailles, souvenirs et autre pacotille et que des pénitents attardés poursuivent leurs dévotions solitaires.


Parse error: syntax error, unexpected ':' in /usr/local/php5.4/share/pear/Net/Socket.php on line 196