Loading
Art et Artisanat
 Page mise à jour le 11.03.2015
Imprimer  Partager sur : facebook  twitter  google 
 

 

Palette d’objets créatifs, tous plus séduisants les uns que les autres dont l’origine remonte à l’histoire légendaire de la Méso-Amérique.

Histoire et coutumes

sombreros du Mexique Chaque région du Mexique a développé son histoire et ses coutumes en fonction des influences naturelles et culturelles Les mexicains ont un sens développé de l’art ancestral. Les arts traditionnels et l’artisanat tel que la poterie, l’orfèvrerie, le travail du bois et des masques sont issus de l’héritage précolombien.
Les artisans mexicains sont les héritiers d'une tradition remontant aux Aztèques. Ceux-ci étaient d'habiles orfèvres, d'adroits tailleurs de pierres précieuses, d'excellents potiers; ils tissaient, teignaient les tissus et fabriquaient des instruments musicaux avec une rare habileté.








sombreros du Yucatan
Les Espagnols utilisèrent leur adresse tout en développant leurs techniques et en introduisant de nouveaux matériaux : fer forgé, poterie au tour, tissus de laine, textiles fabriqués à l'aide du métier à tisser semi-automatique employé alors en Europe. Cette rencontre entre deux traditions a produit les heureux effets que nous connaissons.

Photos de gauche et ci-dessus : sombreros

Le revirement de l’art ancestral à l’art moderne s’est opéré dans les années 1930 quand des peintres muralistes tels que David Alfaro Siqueiros, José Clemente Orozco, Rufino Tamayo, Diego Rivera ont effectué les premières oeuvres sur des thèmes typiquement mexicains. L’esprit joyeux de l’art mexicain, sa relation avec l’ Histoire et sa défiance à la réalité lui donnent un charme unique.


vendeuse indienne d'artisanat du Mexique 
Malgré une tendance croissante à l'industrialisation, les artisans mexicains continuent à façonner à la main des centaines d'articles divers — et à en inventer de nouveaux — s'aidant d'instruments et de techniques mis au point il y a des centaines d'années.
L'artisanat est en général une entreprise familiale, dans laquelle les plus jeunes se voient déjà confier de petites tâches. Malgré le rôle joué par l'artisan dans l'économie rurale joint au fait que l'exportation de ses articles est devenue très rentable, l'artisan moyen reste pauvre toute sa vie. Il demande généralement un prix très modique pour ses créations et ne connaît guère la valeur de son temps.

 Photo de droite : vendeuse indienne d'artisanat du Mexique






MEXICO el sombrero Tepoztlan streets, Mexico sombrero Sombreros, Mexico
>>> See more from this gallery

 

jeune tarahumara au bord du lac Arareko (Creel)Mais il y a aussi, malheureusement, des fabricants de marchandises quelconques, portant à tort l’étiquette
«artisanat indigène», qui satisfont ainsi l’amateur de souvenirs à bon compte. L’acheteur doit avoir l’œil. Des magasins gérés par le Secrétariat au Tourisme (Fonart) existent dans les grandes et moyennes villes, et l’on y trouve des objets artisanaux de bonne qualité, à des prix fixes et non « touristiques. On trouve également dans chaque capitale d’états, les Casas de Artesanias qui vendent des objets de bonne qualité mais chers dans lesquelles les productions locales sont regroupées.
D'après les statistiques du ministère du tourisme, les touristes étrangers achètent une moyenne de cinq pièces d'artisanat du Mexique. Dans les villages, essayez d'acheter directement du producteur; évitez les intermédiaires. Pour les femmes, l'artisanat est souvent la seule source de revenus. Les indiennes qui vendent leur production portent généralement un costume traditionnel.
Le marchandage est la règle sur les marchés. Il fait partie des usages. Cependant n’oubliez pas que les artisans sont souvent pauvres.

 Photo ci-dessus : jeune tarahumara au bord du lac Arareko (Creel) au Mexique

Poterie et Céramiques

Variée et omniprésente, la poterie était liée, à l’époque préhispanique, aux célébrations rituelles, mais aussi aux besoins de la vie quotidienne.
La céramique, un art majeur pratiqué depuis des millénaires, s’avère être une source essentielle des connaissances sur les anciennes civilisations. Aujourd’hui sa diversité tient dans ce subtil mélange d’influences indigènes et espagnoles, et même parfois orientales.

poterie de l'état de Mexico
Etat de Guanajuato. A Dolores Hidalgo, on fabrique les fameux azulejos, carreaux de céramique décorés. Beaucoup de poterie dans la Sierra Centrale, Los Altos, Sierra Gorda et El Bajío (GUA).

Etat de Guerrero. Céramiques préhispaniques où prédominent le rouge, l’ocre et le noir, couleurs d’origine naturelle, produites par des femmes.

Etat de Jalisco. Céramique influencée par l’art espagnol (forme et décoration), principalement à Tonalá et Tlaquepaque.


Etat de Mexico. Principal producteur de barro (terre cuite) vitrifié. Les plus pittoresques viennent de Metepec, près de Toluca (Etat de Mexico), où sont fabriquées les charmantes palomitas de terre cuite décorées de nuances subtiles ou garnies de fils de laine multicolores. A Metepec, on trouve également de jolies compositions représentant des arbres de vie. La technique traditionnelle a été conservée dans toutes les étapes de fabrication et le modèle des moules transmis de génération en génération.

Photo de gauche : poterie de l'état de Mexico



 

 

El Refugio Picking oranges Tonala Pottery Plate Mexico Xochiquetzal Mercado de San Juan de Dios Artesania de Jalisco
>>> See more from this gallery


Etat de Michoacán. C’est l’Etat-roi pour l‘artisanat, chaque communauté a sa spécificité. A Tzintzuntzán, la céramique est de couleur crème avec des décorations noires. A Santa Fe de la Laguna, on fabrique les vases et bougeoirs noirs vernissés pour la fête des morts. A Huancito, les Indiennes réalisent des casseroles en terre de diverses formes.
A Patambán (région de Zamora), on y trouve des cruches ocre et des pots vernissés verts.

marché de poteries dans la région d'Oaxaca Etat de Oaxaca, Plus grand centre de poterie du Mexique et en plus resté traditionnel ; C’est le territoire qui regroupe le plus grand nombre de communautés indiennes du pays.
San Bartolo Coyotepec (8 km d’Oaxaca) est réputé pour ses poteries noires, Ocotlán de Morelos pour ses encensoirs, Santa Maria Atzompa pour la céramique vitrifiée verte, San Antonio Arrazola et San Martin Tilcajete pour les arbres de vie. Dans l’isthme de Tehuantepec, les femmes produisent des poupées en céramique, connues sous le vocable zapotèque de tanguyus qui signifie « demoiselle de terre ». A San Antonio Arrazola, près de Monte Albán, on fabrique aussi des petits animaux en bois sculpté, très colorés.

 
Photo de droite : marché de poteries dans la région d'Oaxaca
 au Mexique




 


Vidéo sur la talavera de Puebla
Etat de Puebla. On y fabrique la superbe talavera poblana, directement inspirée de la ville espagnole de Talavera, très fameuse au XVIème siècle, ainsi que des carreaux de céramique (azulejos) à dominante bleue.


 

Talavera Tlaxcala Mexico maceta chata talavera Talavera From Tlaxcala Mexico Talavera bowl pottery mexico
>>> See more from this gallery

 

Etat du Chiapas. On pourra admirer les poteries d’argile crue séchées au soleil par les femmes tzeltales à Amatenango del Valle (Chis).

fabrication de poteries d'argiles par les femmes tzeltales

 

 

Photo de droite : fabrication de poteries d'argiles par les femmes  tzeltales au Mexique

 

 

 




TISSAGE

Le tissage reste très influencé par ses origines indigènes tant dans les couleurs que dans la production :

vente d'artisanat à San Rafael au bord du chemin de fer Chihuahua-al-Pacifico au Mexique Le huipil est une sorte de blouse, en coton ou en laine, sans manche, rectangulaire, brodée autour de l’encolure et des emmanchures, qui tombe sur la ceinture comme à Oaxaca, ou qui tombe à mi-mollet comme dans le Chiapas ou le Guerrero.

 

 

Photo de gauche : vente d'artisanat à San Rafael au bord du chemin de fer Chihuahua-al-Pacifico au Mexique

Oxchuc Maya Huipil Mexico Oaxacan Huipil Mexico Mixtec Huipil Mexico Huipil, Mexico Oaxaca Huipils Mexico
>>> See more from this gallery



Le quechquemetl est un petit poncho sans manche, de laine ou de coton, entièrement brodé, en forme de losange, que les femmes mettent sur leurs blouses. On en trouve encore à San Luis Potosí, Puebla et Veracruz.


Le rebozo est un châle en coton, en laine ou en soie, Il permet aux Indiennes de porter confortablement leur enfant dans le dos, mais aussi de dissimuler de menus objets. On le trouve à Tenancingo (Mex), San Luis Potosi, Santa Maria del Rio (SLP), à San Miguel de Allende (GUA) et dans l’Etat de Michoacán.

the rebozo El Rebozo El rebozo El rebozo Ikat Rebozo Mexico
>>> See more from this gallery

Le sarape, sorte de poncho utilisé comme couverture, est tissé à Huejotzingo (Pue), Oaxaca, Saltillo (Coah), Tesquiquiapán (Que) et Zacatecas.

Sarape de Saltillo mayan rainbow sarape Colonia Clavería, barrio de la Cd.de México....P1110176E
>>> See more from this gallery

poupées fabriquées à la main au Mexique Les Indiens coras et huichols fabriquent des ceintures, des vêtements brodés au point de croix en laine multicolore, des sacs et vendent leurs produits sur les marchés de Guadalajara et de Tepic (Nay).

On trouve des blouses brodées à Cuetzalán (Pue), des chemises décorées de perles à San Pablito Pahuatlán (Pue), des ceintures de laine brute produites par les Tarahumaras, des vêtements en laine tissées par les Indiennes tzotziles à San Juan Chamula (Chis), et du tissage à la main de châles et de ceintures par les indiens Otomis dans la vallée de Mezquital. On trouvera également des chemises brodées par les Indiennes zapotèques dans l’Etat d'Oaxaca, des couvertures et tapis produits à Teotitlán del Valle (Oax), des huipils fabriqués par les Indiens amuzgos à Xochistlahuaca (Gue), des vêtements en laine tissés par les Indiens des hautes terres du Chiapas.


Photo de droite : poupées fabriquées à la main au Mexique


C’est dans l’Etat de Yucatán que l’on trouve les hamacs les plus beaux et les plus confortables, Il faut les choisir de tailles larges dites de type matrimoniale à double maille ; choix entre coton et nylon mais le coton est plus fragile. Certains sacs, chapeaux ou hamacs sont fabriqués à partir d’autres fibres, roseau, sisal tiré de l’agave ou du palmier.


 
A well-deserved rest hamac Hamacs Hamacs Hamac
>>> See more from this gallery

hamacs et tapis du Yucatán

Photo de gauche : hamacs et tapis du Yucatán



Articles en cuir

Guadalajara, León, Monterrey, Guanajuato, San Cristóbal, Mérida

Vérifiez soigneusement la qualité des chaussures et essayez-les avant d'acheter. Les Mexicains définissent les tailles d'après le système métrique. Ceintures, sacs, huaraches (sandales), bottes, vêtements et selles bien confectionnés sont proposés dans les villes agricoles du Centre et du Nord. Vous pourrez choisir votre paire de santiags à Chihuahua et votre panoplie de ceintures, éperons, selles ; spécialité de cette région. A noter que l’un des fers de lance de la culture mexicaine, la charreria, qui englobe les métiers de la pratique du cheval, a contribué à l’émergence de la sellerie. Beaucoup d'articles de sellerie dans El Bajío (Gua).


Bijoux et métaux

Le Mexique : premier exportateur d‘argent.

Santa Clara del Cobre (Mich) s’est spécialisé en travail du cuivre en ciselant bijoux, plateaux, bols et autres petits objets.
Taxco est réputé pour son orfèvrerie en argent, tandis que Guanajuato travaille l’or, orné souvent de turquoise.
Dans la région de Oaxaca, on produit des bijoux en or en particulier des reproductions des bijoux préhispaniques de Monte Albán.
Zacatecas s’est fait une spécialité des arts de table. A Querétaro, on trouve des pièces semi-précieuses et des bijoux en argent.


Bois et instruments de musique

fabrication d'Alebrijes (voir explication en bas de page)Paracho (Mich) s’est spécialisé dans la fabrication de la guitare, Cuernavaca (Mor) dans celle des meubles. Les plus belles guitares sont fabriquées à Paracho, où sont fabriqués également des violons, des violoncelles et d'autres instruments. Ailleurs, vous pourrez acheter des maracas, des tambourins, des sifflets et plusieurs sortes de tambours. Particulièrement intéressants, les tambours à anches sont des pièces de bois (généralement cylindriques) évidées, puis sculptées ou peintes, renfermant deux languettes de bois qui produisent un son différent quand on les frappe. On trouve des meubles en bois au marché de Tlaquepaque (environs de Guadalajara), des ustensiles domestiques au bois peint à Quiroga (Mich), en bois d’oranger à Ixtapan de la Sal (Mex) et Toluca (Mex) , petits animaux en bois colorés à Cuilapán (Oax) et San Martin Tilcajete (Oax) et du mobilier en acajou ou en cèdre à Mérida, Campeche, Valladolid.

Laque : les plus belles laques du Mexique se trouvent à Olinalá : masques de jaguar, plateaux en bois, coupes taillées dans des calebasses séchées. Egalement laque de Chiapa de Corzo (fabrication de masques portés à la Fête de Saint-Sébastien en janvier).

Photo ci-dessus : fabrication d'Alebrijes (voir explication en bas de page)

masque de Tlaxcala au Mexique

Masques

D’origine préhispanique, les masques étaient utilisés par des sorciers. Dans les cérémonies de sorcellerie, les masques sont portés pendant les danses ou les rites chamaniques. San Luis Potosí abrite le Musée National du Masque. On les fabrique en bois, en pierre, en terre, en os. Ils représentent communément des animaux, mais aussi des visages humains noirs ou blancs qui signalent les étrangers, notamment les Espagnols, ou encore, pour le carnaval, des diables, des vieillards ou “la mauvaise femme”, il faut mentionner les masques symbolisant la mort, d’origine préhispanique, et qui représentent le monde souterrain et le sacrifice. Avec l’arrivée des Espagnols et de la religion chrétienne, cette tradition, loin de se perdre, a retrouvé toute sa force dans la fête des Morts. L‘Etat de Guerrero semble le plus dynamique quant à la fabrication des masques ainsi que l’Etat de Tlaxcala. On trouve des masques en papier à San Miguel de Allende.

Photo de droite : masque de Tlaxcala au Mexique

Voir également les masques (peut-être les plus impressionnants) à Tocuaro (Pátzcuaro) et les laques d’Uruapán (Mich).


Mask King Mask Mexico Green Mask Mexico Mexico Skull and mask
>>> See more from this gallery


Vannerie
autel d'offrandes pour la Fête des Morts à Mexico La vannerie est le troisième artisanat du Mexique. Partout où il y a des joncs, des fibres de maguey ou d'heneguen, ou tout autre végétal utilisable, on les transforme en tapis, nattes, paniers divers, meubles, valises ou malles, sacs à provisions et jouets. Cette activité est omniprésente. Même à califourchon sur son âne, en route pour le marché, le vannier travaille encore. Il arrive qu'un Indien mesurera la distance entre deux villes au nombre de chapeaux qu'il aura tressé en chemin !
On trouve des chapeaux de palme de Panama fabriqués à Becal (Etat de Campeche), de la vannerie de rotin à Ihuatzio (Mich) et à Tequisquiapán (Que).

Photo de gauche : autel d'offrandes pour la Fête des Morts à Mexico 

Mentionnons aussi des objets d'un genre plus particulier, tels que peintures sur écorce ((papel de amate) à fabriquées à Cuernavaca et Taxco, figurines polychromes de fer blanc pour arbres de Noël ainsi que les fleurs de papier. Mais surtout, vous ne pouvez absolument pas quitter le Mexique sans vous être laissé tenter par les bibelots d'argent d'un goût exquis, les platerias, de la région de Taxco.



Shopping in Playa del Carmen alfarería_Capula-94 Shopping in Playa del Carmen s4b A Sweet Mazahua Doll
>>> See more from this gallery


Et aussi...


Costumes typiques de la région d'Oaxaca au Mexique Certains objets artisanaux sont fabriqués seulement pour certains événements (Fêtes des Morts : squelettes et têtes de mort, Noël : personnages de crèches en terre ou en bois).

Photo de droite : Costumes typiques de la région de Oaxaca
  au Mexique

Fabrication de cigares dans la Vallée de San Andrès (Ver) : marques fabriquées dans cette vallée : Te amo, Ricardo Turrent, Andrea’s.  

 



Indiennes au marché de fleurs d'Oaxaca au Mexique







Photo de gauche : Indiennes au marché de fleurs d'Oaxaca au Mexique




L'artisan des campagnes, d'humeur facile, doué d'un surprenant esprit de créativité, assure la survie d'un artisanat qui compte parmi les plus riches du monde. Avec raison, les autorités s'emploient à sauvegarder le caractère exclusivement mexicain de cette expression du génie national.

 

 

artisanat de l'état du Guerrero au Mexique

 


 

 

Photo de droite : artisanat de l'état du Guerrero au Mexique

 




Artisanat Mexicain

Alebrije

Les Alebrijes sont des objets de couleurs vives faits en bois de Copal (similaire au Pin) ou en papier mâché.
Les Zapotèques, ancêtres des artisans, se servaient de la résine du Copal pour faire l’encens utilisé au cours des cérémonies religieuses.
Les diverses formes des branches du Copal donnent de l’imagination aux artisans pour réaliser, à l’aide de machettes, des animaux imaginaires ou mythologiques. Ce travail de sculpture sur bois peut prendre des heures ou même des jours en fonction de la complexité de la pièce. Ensuite, il est commun que les femmes s’occupent de la peinture des pièces, travail également très laborieux qui demande patience et précision.
Le mot Alebrije a été inventé dans les années 30 par Pedro Linares. Très malade, il aurait rêvé de ces créatures fantastiques. Il a alors reproduit son rêve en papier mâché.
Les Alebrijes sont aujourd’hui un art populaire très réputé au Mexique dont les œuvres s’exportent dans les musées américains ou européens.
Même si vous pouvez vous les procurer dans tout le Mexique, ils sont créés uniquement dans l’état d'Oaxaca, principalement dans deux villages : San Martin Ticajete et San Antonio Arrazola.

Photo ci-contre : Alebrije

 

 

Article de www.vivalatina.fr :

L'art bijoutier mexicain: un artisanat millénaire

Le Mexique est le premier producteur d'argent au monde, il exporte cet argent entre autre sous forme de bijoux finis. Si l'export de l'argent mexicain à travers le monde date de la période coloniale, le savoir-faire des artisans mexicains en matière de bijoux remonte aux premières civilisations ayant peuplées la mésoamérique.
La bijouterie mexicaine Vivalatina vous invite à découvrir l'histoire de l'art bijoutier mexicain.
L'art indigène
En effet, l'histoire pré-hispanique regorge de témoignages du travail des pierres fines et de métaux afin de fabriquer des ornements corporels et des artefacts religieux.
Si la première civilisation connue, les Olmèques, fabriquaient des bijoux essentiellement faits de pierres de couleurs, les Mayas, Aztèques et Mixtèques utilisaient quant à eux l'or et l'argent pour la fabrication de leurs bijoux. Ces peuples développèrent des techniques de lapidation pour tailler les pierres, les polir et les percer afin d'en faire des colliers de pierres.
Ils exploitaient également les gisements naturels d'or et d'argent affleurant au niveau du sol. Pour cela ils développèrent une technique pour rompre les roches, en chauffant celles-ci avec du feu puis en les refroidissant brusquement avec de l'eau. Ils pouvaient par ce moyen rompre les roches et en extraire les pépites de métaux précieux. Il faut dire que les gisements mexicains de l'époque étaient tellement riches en argent qu'il y avait des veines d'argent pur courant dans les roches.
Le commerce des pierres se développa déjà lors de l'époque pré-hispanique. Des pierres de turquoise provenaient de contrées aussi éloignées que le Nouveau Mexique et la Jade utlisée était extraite de mines se situant dans l'actuel Guatemala.
Les vestiges et notamment les offrandes retrouvées dans les tombes des élites de ces civilisations ne laissent aucun doute quant à l'incroyable maîtrise des artisans de l'époque en matière de taille de pierre et de travail des métaux précieux.
L'artisanat moderne
Suite à la période coloniale, ayant grandement influencée les styles au Mexique, les artisans mexicains produisent aujourd'hui des bijoux qui sont la fusion du style indigène et espagnol. L'or mexicain est maintenant peu utilisé à la fabrication de bijoux et la très grande majorité des artisans bijoutiers travaillent l'argent, plus accessible à l'achat et plus facile de revendre. Le Mexique compte donc un très grand nombre d'artisans bijoutiers travaillant l'argent, la plupart sont installés dans les villes ayant extrait l'argent par le passé.
Ainsi Taxco est une ancienne ville minière qui, bien que ne vivant plus de l'extraction de l'argent, continue de vivre grâce au commerce des bijoux en argent. En visitant la ville, vous trouverez une multitude d'échoppes proposant des bijoux. Ceux-ci sont fabriqués par des ateliers disséminés dans la ville et ses alentours. Généralement, les familles se spécialisent dans certaines techniques et styles de fabrication et revendent leur travail aux boutiques de la ville. Certaines de ces boutiques cependant sont la propriété d'artisans créateurs qui proposent des pièces plus massives et de styles plus recherchés.
Vous pourrez rencontrer les petits artisans en vous baladant à travers le marché de bijoux qui a lieu tous les samedis dans le centre ville.
La ville de Zacatecas est aussi une ville d'extraction de l'argent avec des mines toujours en activité. Quant à Guadalajara, elle fut déclarée en 2012, la capitale Latino-Américaine du bijou, elle regroupe plus de 1800 artisans bijoutiers et compte pas moins de 19 marchés du bijou.
Le style mexicain
Les bijoux mexicains se reconnaissent généralement assez facilement. Ils sont faits d'argent 925 finis par polissage faisant appel aux pierres de la régions, qui sont la turquoise, l'onyx et l'obsidienne et la malachite. Ils peuvent mélanger des styles faisant appel aux arabesques (souvenir de la colonisation espagnole) ou bien aux motifs Mayas et Aztèques, notamment le fameux calendrier aztèque.
On retrouve peu de pierres fines transparentes sur ces bijoux, généralement, les pierres fines utilisées sont opaques et fixées avec de la résine sur le support en argent massif. Les motifs du soleil et de la lune sont fréquemment repris.
Il est cependant possible de trouver en ligne des artisans créateur réalisant des pièces plus modernes et susceptibles de mettre leur savoir-faire à votre service en www.vivalatina.fr/blogs/blog-bijoux-argent/8598375-bijoux-sur-mesure créant spécifiquement le bijou de votre souhait. Ce type de service permet de faire des économies sur l'achat d'un bijou tout en faisant travailler en direct un artisan mexicain.
Fin de l'article.

 

Vos contributions et commentaires sur le contenu de cette page
  • Message déposé le 10/07/2013 - 18:07 par armando  1 votes   
    Je gustaria.conactar avec des gens qui veulent acheter l'artisanat mexicain, péruvien ... dans GENRAL. Nous sommes des gens sérieux et de confiance. Si vous connaissez ou que vous voulez vendre et livrer nos produits à nous contacter. 999638822 - 979295477 LIMA - Pérou
  • Message déposé le 19/02/2013 - 21:02 par Aime le Mexique  0 votes   
    Bonjour, avez vous deja essayé Boutique Mexicaine et Amadera? deux tres bons sites pour acheter de l'artisanat mexicain. Voici les liens: www.boutiquemexicaine.com www.amadeira.com.mx
  • Message déposé le 19/05/2011 - 15:05 par jean  0 votes   
    Bonjour, Article vraiment super intéressant à lire. Savez-vous où l'on peut trouver une boutique sur le web qui nous permette d'avoir accès à ces produits ?
  • Tourimex